Best Love Rosie

Publié le par Anne

couverture

 

Rosie Barry a quitté l'Irlande et sa famille quand elle était encore adolescente. Son père venait de mourir, et sa tante Min, qui lui avait tenu lieu de mère, ne l'avait pas retenue dans son giron. Rosie a voyagé, travaillé, aimé, et sa liaison avec Leo s'étiole quand elle décide de rentrer en Irlande pour s'occuper de Min, qui, déprimée, perd un peu trop souvent le contrôle en rentrant du pub...

Rosie a cinquante ans, sa tante quinze ans de plus seulement. La nièce renoue avec ses copains et copines de toujours, Peg et Tess, Andy et Monty, et aussi avec Markey, un ancien ami émigré aux Etats-Unis, elle se met à écrire des chroniques "pour bien veillir". Les deux femmes partent aux USA pour négocier le contrat en vue d'un livre. A New York, Min se crée des relations, décide de profiter de son visa touristique et refuse de rentrer à Dublin. Alors que la tante semble ressusciter sans plus se soucier de sa nièce, Rosie sombre à son tour dans la mélancolie. Elle reprendra petit à petit goût à la vie en découvrant Stoneytown, et la maison natale de Min, dont celle-ci n'avait jamais parlé, sinon avec dédain.

 

Il me faut l'avouer, j'ai un peu de mal à organiser mes idées pour parler de ce beau roman. Je l'ai peut-être lu un peu trop vite, dans la journée du R-A-T ?

J'ai lu qu'à travers le personnage de Rosie, c'est Nuala O'Faolain qui met en scène ses propres préoccupations, ses interrogations sur le vieillissement, le désir d'aimer et d'être aimée, la solitude, l'absence de mère, les racines et l'exil. Il me semble que Rosie et son expérience singulière sont emblématiques de l'Irlande et de son histoire : un pays qui a connu l'occupation, la pauvreté, dont les traces de la guerre civile sont encore palpables à l'époque du roman (même si les attentats du 11 septembre le situent très près de nous), dont les habitants se sont exilés pendant longtemps, aux USA ou en Angleterre le plus souvent. Un pays aux paysages magnifiques, à la nature sauvage et splendide à la fois, comme la côte de Stoneytown.

"J'ai prié pour retrouver mon enfance, et elle est revenue, et je sens qu'elle est toujours dure comme autrefois et qu'l ne m'a servi à rien de vieillir." (citation de Rilke par Rosie - p. 172-173)

J'ai aimé Rosie, son humour à la limite du désespoir, ses tailleurs inadaptés, ses blessures d'enfant, sa nostalgie et ses enthousiasmes. J'ai aimé ses amis et leur fidélité parfois absurde mais tellement attachante à l'Irlande et à leur famille. J'ai aimé avec elle cette maison de pierre qui l'enracine et l'attache elle aussi à sa terre.

"J'ai passé en revue le toit de la maison et la petite plage, la jetée éboulée et la rangée de maisons croulantes, les rochers et la boue luisante de l'estuaire où la marée pénétrait en assauts écumants, le cours d'eau profond qui séparait cette rive et Milbay familièrement blotti sur la sienne. Des échassiers pataugeant dans la boue lançaient des appels dédespérés et un guillemot aux ailes neigeuses descendait du ciel en poussant un cri rauque, tel un contremaître apostrophant ses ouvriers. Tout ce vaste panorama fourmillait de vie. La maison si vétuste et délabrée fût-elle, était vivante, ainsi que le rivage où des cormorans se tenaient sur de noirs rochers, la colline avec sa crête de velours et ses flancs entaillés, et le pré verdoyant, et les hêtres étincelants, et même les vieux bureaux et dortoirs du camp d'aviation. Quant à moi, le monde me faisait don d'un nouveau lien avec lui. Je vibrais de vie, moi aussi." (p. 185)

 

Un portrait de femme émouvant et drôle, des personnages secondaires bien campés, des femmes qui renaissent à la vie chacune à leur façon, une intrigue qui suit le fil des saisons et s'achève dans la douceur et l'apaisement... : un roman qui foisonne de vie !

 

Nual O'Faolain, Best love Rosie, Sabine Wespieser éditeur, 2008 et 10/18, 2010

 

Une lecture commune avec Véro (Le port de l'encreuse), Anne (De poche en poche), Valou et Sharon

 

Un livre pour le challenge de littérature irlandaise de Valou (deuxième livre lu) Irlande-en-challenge.jpg

et le challenge Voisins voisines de Kathel voisins1.jpg(7e livre européen)

Publié dans Des Mots irlandais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

catie 14/05/2011 10:10


Chimères ... rien que le titre donne envie ! Je retiens l'ouvrage.


Anne 14/05/2011 20:49



Un grand livre aussi !!



nanet 13/05/2011 11:56


Ah, celui-ci me plait bien. Je vais aller lire les chro de te co-lecteurs...


Anne 13/05/2011 15:41



Un très beau roman à découvrir, et malheureusement le dernier laissé par Nuala !



Catie 13/05/2011 10:19


Moi aussi je viens faire une petite visite à ton blog !
Il y a beaucoup de choses intéressantes ! De Nualo O'Faolain, j'ai lu "on s'est déjà vu quelque part ?" et j'avais beaucoup aimé cet itinéraire de femme irlandaise en lutte contre une société
inégalitaire !


Anne 13/05/2011 15:32



Dis donc, tu appelles ça une petite visite ? ;-) J'ai lu Chimères que j'avais trouvé extraordinaire dans sa construction, ses thèmes, et On s'est déjà vu quelque part
? est encore dans ma PAL... (soupir de PAL)



Anis 22/04/2011 09:20


J'avais lu d'elle une autobiographie et je m'étais arrêtée là. Tu m'as vraiment donné envie de le lire !


Anne 25/04/2011 12:40



Il faut lire "Chimères" aussi !



Manu 19/04/2011 22:01


Je n'ai pas accroché à ce roman, surtout la deuxième partie pendant laquelle je me suis ennuyée.


Anne 21/04/2011 13:01



Dommage ! Mais ça peut se comprendre, on ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup de rebondissements finalement... Et tout le monde n'est pas obligé d'aimer.