Blog

Publié le par Anne

Blog

 

Quatrième de couverture :

Quand le narrateur découvre que son père espionne son blog, cette révélation lui fait l'effet d'une trahison, d'un « viol virtuel ». Révolté, il décide de ne plus lui adresser la parole. Pour se racheter, son père lui fait un don... une plongée dans le passé qui ne sera pas sans conséquence.

Un roman généreux sur la filiation et l'écriture intime.

 

 

Eh bien ça y est, j'ai lu un roman de Jean-Philippe Blondel. Et... je ne saute pas de joie, je ne suis pas éblouie, illuminée par The révélation de cet auteur. Ai-je lu trop d'avis dithyrambiques sur ce romancier ?

La couverture me perturbe, déjà. Ce visage quasi inexpressif, figé, coupé en deux, cet oeil fixe, ce piercing (qui n'a rien à voir avec le personnage et est donc plutôt racoleur) me font presque peur.

Ensuite, le roman est sympa, certes, même si la situation de départ est un rien invraisemblable : les blogs sont publics et rien n'empêche un père de lire celui de son fils. La démarche du père vis-à-vis de son fils est autrement "impliquante" et courageuse. Et même si Jean-Philippe est manifestement un bon observateur des ados et des blogs, je n'ai pas été très touchée par ce livre. Soit je suis trop vieille pour m'identifier au héros (c'est absurde, ce que je viens d'écrire, mais je le laisse quand même : ça n'a pas vraiment fonctionné avec moi, disons), soit l'écriture est tellement maîtrisée qu'elle n'a pas non plus fonctionné du point de vue des émotions (d'ailleurs le héros n'a pas de nom, comme si, malgré la blessure narcissique ressentie par la lecture de son blog, il n'avait finalement qu'une position d'observateur - de lui-même et des adultes qui l'entourent). Ou, peut-être plus sûrement, j'aime beaucoup les histoires et les secrets de famille, mais je suis restée sur ma faim dans ce format jeunesse, trop court pour moi.

Un rendez-vous raté, donc. Pour le moment, car j'ai deux autres titres de Blondel dans la PAL...

Les élèves qui l'ont lu dans le cadre du Prix Farniente l'ont apprécié, sans plus. Pour les profs (dont je suis), cela peut être intéressant comme exemple de journal intime "contemporain".

 

Jean-Philippe BLONDEL, Blog, Actes Sud Junior, 2010

 

Enna est beaucoup plus enthousiaste.

Ce livre compte d'ailleurs pour le Petit bac, ligne Jeunesse, catégorie Sport/loisir. Et un sixième titre pour le challenge de Littérature jeunesse.

laurier-couronne-fdb39

 

 

 

Et c'est aussi, en ce 12 avril, un hommage à Hubert Nyssen, fondateur des éditions Actes Sud. Les articles de ce 12 avril sont recensés sur le blog Bonheur de lire.

 

 

Prix Farniente

Publié dans Des Mots en Jeunesse

Commenter cet article

Lounima 19/04/2012 14:09

Je n'ai encore jamais lu Jean-Philippe Blondel et ce n'est pas ton billet que me fera noter ce titre. D'ailleurs, tout comme toi, je trouve cette couverture un brin perturbante en plus d'être
affreuse !! :D

Anne 19/04/2012 17:20



Je suis super sympa avec ta PAL en ce moment, non ?!



Brize 18/04/2012 10:06

Ce rendez-vous avait été raté pour moi aussi. Idem avec "Le baby-sitter".
J'ai (enfin !) rencontré Blondel avec "Et rester vivant". Et j'ai poursuivi avec "G229", que j'ai aussi beaucoup aimé.

Anne 18/04/2012 13:55



Tu me rassures un peu puisque G 229 est dans ma PAL (et aussi Covent Garden, un jeunesse édité par un prof belge qui fait aussi éditeur, critique, touche à tout... , que j'ai reçu en SP - si ça
se passe à Londres, il y aura au moins le dépaysement et la ville comme agrément !)



Philippe D 17/04/2012 21:42

Je n'ai pas lu celui-là mais ceux que j'ai lus ne m'ont pas fait sauter de joie.

Anne 17/04/2012 21:47



Je vois que cet auteur ne fait pas l'unanimité, loin de là...



sophie57 15/04/2012 22:27

de cet auteur en effet très médiatisé, et aussi très aimé sur les blogs, je n'ai lu que "le baby-sitter", pas mal, sans plus...peut-être "et rester vivant"? mais celui-là non plus ne me dit
rien...bof bof!

Anne 15/04/2012 23:13



Dans le genre autobiographique, mes excellentes libraires lilloises préféraient nettement Rien ne s'oppose à la nuit, que tu as lu, et La confusion des peines, de Laurene Tardieu, plus riches
arce que accompagnés d'une réflexion sur l'écriture et le parcours personnel de l'auteur par rapport à son livre te à son vécu. Donc... je ne suis pas très attirée non plus par "Et rester
vivant"...



Manu 14/04/2012 19:27

Comme tu le sais, un auteur qui ne me séduit pas.

Anne 14/04/2012 22:24



Et je te comprends... J'attends encore au moins un roman pour me déclarer non séduite à mon tour !