Décidément je t'assassine

Publié le par Anne

 

Quatrième de couverture :

"L'hôpital. Une femme et sa mère mourante. La douleur de perdre ce qui n'a pas été. L'espoir qu'avant la fin, quelque chose se dise, une parole d'amour.

La narratrice, restée seule, cherchera le souvenir de sa mère parmi les vêtements, les photos, toutes ces choses qui demeurent quand la vie est partie."

 

Voici un récit très court, à la mise en page aérée, qui se lit donc très vite... En phrases courtes, dépouillées, la narratrice raconte les derniers jours de vie de sa mère, précipités par la brutalité de la maladie et de son évolution. Des moments sensibles, pleins de non-dits. Au passage, l'humanité des médecins et infirmières auxquels elle est confrontée n'en sort pas grandie. Après les funérailles, la fille débarasse méthodiquement la maison de sa mère, fait l'inventaire des souvenirs, en longues énumérations qui disent le vide, l'absence d'amour d'une mère préoccupée de ses affaires, de ses succès,de sa beauté avant tout.

J'ai été plus sensible au début du livre, au récit à la fois retenu et plein de douleur des derniers instants de la mère. Ensuite, le portrait en filigrane de cette mère non-aimante m'a laissée sur ma faim. Ou en colère ? La fille semble tellement passive face à cette mère si égoïste, si peu attentionnée, plus préoccupée de ses succès au Scrabble que de personnaliser un cadeau à sa fille ou de lui offrir simplement quelques fleurs de son jardin ! La fin, les dernières lignes semblent faire entendre que la narratrice "fait son deuil"comme on dit, et parvient à se détacher de cette mère. Mais cette promesse me laisse un goût de trop peu.

 

Corinne HOEX, Décidément je t'assassine, Les impressions nouvelles, 2010

 

Un livre qui participe au challenge Littérature belge de Reka 2/5

 

L'avis de Laure, qui a trouvé le livre trop superficiel.

Publié dans De la Belgitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Minou 05/05/2012 10:30

Par ta réponse, je découvre cet article-ci : j'ai un peu moins envie de lire ce roman à présent... Ca fait un moment que j'hésite devant lui et m'étais finalement décidée à me lancer, mais ton avis
me fait reculer.

Anne 05/05/2012 10:37



Tu peux très bien adorer ce roman, ça dépend d'un lecteur à l'autre...



Cachou 10/02/2011 07:53


Étonnamment, je l'ai un peu plus aimé celui-là. Peut-être parce que j'avais lu "Ma Robe n'est pas froissée" dans le cadre (aussi) du prix des lycéens il y a deux ans (livre que je n'ai pas aimé) et
que ce livre m'a un peu préparé le terrain pour celui-ci, car l'auteur y parle déjà de sa relation avec sa mère froide et distante, du coup j'étais en terrain familier.
Bon, je ne l'ai pas adoré non plus, attention. Mais il m'a touchée, d'une certaine manière.


Anne 10/02/2011 19:19



Honnêtement, il ne me laissera pas de grand souvenir mais il n'était pas désagréable non plus. Le sujet ne me fait pas peur, au contraire. Comme je l'ai dit plus haut, je trouvais "Grandir" de
Sophie Fontanel autrement plus fouillé et attrayant, même si c'est un livre court aussi.



Anne 09/02/2011 09:37


Après ton article et les commentaires des copines, je n'irai pas me précipiter sur ce roman.Merci tout de même de t'être lancée dans cette lecture pour nous en parler.


Anne 09/02/2011 16:24



Le titre m'intriguait, il était bien en vue à la bibliothèque, donc je l'ai lu (très vite). Je suis passée à autre chose...



Aifelle 09/02/2011 07:14


J'ai lu "le grand menu" d'elle et j'ai l'impression qu'elle fait toujours un peu le même livre. Je n'ai pas très envie de remettre le couvert ..


Anne 09/02/2011 16:23



C'est bon à savoir, merci !



Kathel 08/02/2011 18:26


Ce n'est pas non plus le genre de lecture dont j'ai besoin en ce moment...


Anne 08/02/2011 22:19



Il faut "sentir" le bon moment, c'est vrai. Mais rassure-toi, ce n'est pas déprimant. Cependant j'ai beaucoup plus apprécié "Grandir" de Sophie fontanel qui évoque aussi une relation
mère-fille sur fond de vieillesse et de maladie. Une autre relation, évidemment, on ne peut pas tout à fait comparer, et un récit autrement abouti.