Entre Dieu et moi, c'est fini

Publié le par Anne

Entre Dieu et moi, c'est fini

 

Quatrième de couverture :

Linnea a quinze ans, plein de complexes et pas mal de questions qui lui trottent par la tête. La seule qui la comprenait, c'était Pia, son amie pour la vie... enfin, pour cent-vingt jours, "sans compter les week-ends", Linnea a fait le calcul une fois. Depuis que Pia est morte.

Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l'amour, de la mode, du beau Markus dont toutes les filles rêvent, de son père qu'elle voit deux fois par an, de sa mère qui s'engueule avec son nouveau jules, et même de Dieu. Seulement voilà, Pia n'est plus là. Alors, pour ne pas se laisser aller à la tristesse ou à la colère, Linnea se souvient...

 

Décidément, il y a des premières en ce moment sur ce blog, dans le domaine nordique en particulier. Après Kurt Wallander, voilà que je lis pour la première fois un roman de Katarina Mazetti. Plutôt un roman jeunesse, qui a été publié chez Gaia (avec une couverture odieusement affriolante et sans aucun lien avec le sujet - ou alors un lien scabreux avec la vie sexuelle soi-disant trépidante de Pia ?) ; heureusement la couverture de Babel est beaucoup plus sobre et "juste" !

Cela dit, je n'ai pas été emballée par ce roman, je pense que je l'oublierai très vite. Certes, Linnea est touchante dans sa volonté de parler de Pia sans "polluer" ses souvenirs par la brutalité de son suicide (puisque c'est de cela qu'il s'agit), certes ses questions et tourments d'adolescente sonnent relativement juste (petit bémol quand même, je ne sais expliquer clairement le léger malaise ressenti - peut-être est-ce trop beau pour être vrai ?), certes (oups/chic, je tombe dans l'anaphore) le récit du suicide est d'une grande sobriété, cachant mal le mal-être et le désespoir de la jeune fille. Mais tout cela ne fera pas pour moi un incontournable roman ado et ne me marquera guère, je crois. Pas sûr du tout que je lirai la suite.

Après la déception de Blog, il est temps que je retrouve un bon roman jeunesse pour renouer avec le genre !!

 

Katarina MAZETTI, Entre Dieu et moi, c'est fini, Babel, 2011

 

Un hommage au fondateur des éditions Actes Sud, Hubert Nyssen, en ce 12 du mois (lectures recensées chez Denis, sur Bonheur de lire), et une lecture européenne et suédoise à la fois.

 

 

Logo Voisins Voisines Calibri noir cadre blanc

 

 

Publié dans Des Mots suédois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Le titre me branchait bien, mais le reste beaucoup moins, je passe !
Répondre
A
<br /> <br /> Ce n'est pas grave, il y a de meilleurs titres chez les nordiques !<br /> <br /> <br /> <br />
L
Lu il y a 3-4 ans déjà, je n'avais pas du tout accroché à ce roman; peut-être parce que destiné à la jeunesse, je ne sais pas... Et la suite "Entre le chaperon rouge et le loup, c'est fini" n'avait<br /> pas été une réussite non plus...<br /> Du coup, je n'ai plus rien lu de cette auteure depuis. Et donc, je n'ai jamais lu "Le mec de la tombe d'à côté" si unanimement apprécié... ;-)
Répondre
A
<br /> <br /> Je ne pense pas lire la suite, en effet. "Le mec..." est dans ma PAL, donc je lui ferai place (en juin, quand il ne faut pas réfléchir entre deux piles de corrections !!)<br /> <br /> <br /> <br />
P
Un auteur que je vois souvent sur les blogs mais que je ne connais pas du tout.<br /> Bonne chasse pour le coup de coeur jeunesse. Pour moi, c'est "La balafre" de JCl Mourlevat.
Répondre
A
<br /> <br /> On verra avec Alabama Moon !<br /> <br /> <br /> <br />
P
MERCI POUR MA PAL : c'est si (gentiment) clairement (demandé) exigé ! Bises
Répondre
A
<br /> <br /> Tu vois quand tu veux ! <br /> <br /> <br /> <br />
S
de cette auteure, je n'ai lu, comme beaucoup, que Le mec de la tombe d'à côté, un très bon souvenir de lecture, mais je ne suis pas allée plus loin...
Répondre
A
<br /> <br /> J'espère me faire ma propre idée dans peu de temps...<br /> <br /> <br /> <br />