Et s'il revenait un jour

Publié le par Anne

Et s'il revenait un jour

Que faut-il lui dire ?

- Dites-lui qu'on l'attendit

Jusqu'à s'en mourir...

 

Et s'il m'interroge encore

Sans me reconnaître ?

- Parlez-lui comme une soeur,

Il souffre peut-être...

 

Et s'il demande où vous êtes

Que faut-il répondre ?

- Donnez-lui mon anneau d'or

Sans rien lui répondre...

 

Et s'il veut savoir pourquoi

La salle est déserte ?

- Montrez-lui la lampe éteinte

Et la porte ouverte...

 

Et s'il m'interroge encore

Sur la dernière heure ?

- Dites-lui que j'ai souri

De peur qu'il ne pleure...

 

Maurice MAETERLINCK, Oeuvres

 

Un poème appris il y a longtemps, retrouvé il y a peu, et qui symbolise toujours autant la douleur d'aimer sans retour. Un texte qui, sans grands effets, me prend toujours à la gorge.

 

vermeer.jpg

Publié dans Des Mots en Poésie

Commenter cet article

calypso 30/10/2011 17:10


Je ne le connaissais pas, il est magnifique ! Merci !


Anne 30/10/2011 22:30



Avec plaisir, Calypso ! J'espère vous en offrir encore quelques-uns parmi la mine d'or de la poésie belge.



Jeneen 30/10/2011 15:19


touchée...Je me le suis recopié...merci pour ce joli moment...Biz


Anne 30/10/2011 22:29



Avec plaisir ! L'automne Fritissime n'est pas terminé, je vous en dénicherai encore !



sophie57 30/10/2011 14:22


magnifique en effet...il me semble le connaître, mais tu me fais le redécouvrir:merci! bon dimanche Anne (avec ou sans frites...)


Anne 30/10/2011 22:28



C'était un jour sans aujourd'hui, mais on peut toujours avoir la frite !!



Schlabaya 30/10/2011 12:06


Oui, c'est vrai qu'il est touchant, sans en faire de trop.


Anne 30/10/2011 22:28



Un grand monsieur de la littérature belge !



Asphodèle 30/10/2011 11:48


Magnifique ce poème, je crois même que je vais l'imprimer, je ne connaissais pas du tout, il me touche énormément (doux euphémisme^^). Merci Anne de ce très bon choix !


Anne 30/10/2011 11:53



Il m'a toujours touchée aussi, je ne sais trop pourquoi.