Guadalquivir

Publié le par Anne

Guadalquivir

 

Dans la famille des quatre éléments, je demande l'Eau et le Feu.

Le feu, comme l'incendie de poubelle initial que doit affronter Frédéric pour passer les rites d'initiation et être admis dans la Meute, un groupuscule de skinheads, et recevoir le pseudo de Croco.

Le feu, comme la colère qui roule dans la tête et le coeur de Frédéric, 16 ans, dont le père, immigré d'origine espagnole, est mort dans un accident suspect.

L'eau, comme les larmes qui ne peuvent couler et se transforment en rage.

Le feu, comme le soleil qui brûle la terre d'Espagne, celle où Croco est entraîné bien malgré lui, à la suite de Pepita, sa grand-mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer, qui s'est échappée de l'hôpital pour rejoindre son village, Jerez de la Frontera

L'eau, comme les eaux tantôt paresseuses, tantôt tumultueuses  du Guadalquivir où a disparu le mari de Pepita.

Le feu, comme celui qui roule au fond des yeux de Kenza, la jeune Marocaine qui provoquera Frédéric à dépasser ses limites.

Le feu, comme celui qui traverse la poésie de Federico Garcia Lorca.

Le feu, avec un F comme frontière. Frontière entre quartiers, barrières entre clans, limite intérieure à franchir pour grandir et se trouver.

 

"Les autres font des descentes dans notre quartier pour casser des bagnoles ou des baraques. Et nous, on s'organise peu à peu pour se venger et tout faire cramer chez eux. C'est ça la Meute. Comme dans plein d'autres villes de France. Comme un grand réseau de sentinelles. Toujours prêts à rendre coup pour coup. Jusqu'au moment où on passera vraiment tous à l'action." (p. 33)

 

"Une solution radicale. Extrême. Et cette solution, c'était de souffler sur les braises. Raviver le feu. Le feu pour dissiper l'eau. Pour tout assécher. Jusqu'à la moindre goutte. Même si je devais brûler en même temps." (p. 70)

 

Je ne vous livrerai pas plus de citations ni d'indices pour ne pas dévoiler l'histoire de ce livre brûlant.

Je dois dire que j'ai été remuée par la violence qui déchire Frédéric. Comme il nous raconte lui-même son aventure, nous sommes plongés au coeur des bagarres, des chantages, des petits trafics de la cité, nous suivons des rites d'initiation sauvages, nous haletons dans des courses et des fuites effrénées, nous somme sans cesse sur le qui-vive, tendus, lancés dans un maelström d'émotions aussi haletant sur le papier que dans la réalité de "Croco". Des chapitres courts, un rythme haletant, qui s'offre de courtes pauses pour repartir aussi brutalement.

Un roman d'initiation qui ne manque pourtant pas de sensibilité.

 

Stéphane SERVANT, Guadalquivir, Scripto Gallimard, 2009

 

Un livre lu dans le cadre du Prix Farniente et qui sera mon Objectif PAL du mois (il y en aura peut-être un second...)

objectif_pal_le_retour

 

 

 

4/12

Publié dans Des Mots en Jeunesse

Commenter cet article

Catie 13/05/2011 11:52


Tu me donnes envie de le lire ! Je l'achèterais bien pour mon CDI de collège. C'est plutôt niveau 3e ou plus ?


Anne 13/05/2011 15:40



Bonne idée ! Il était en catégorie deux baskets, donc théoriquement pour des lecteurs de 14-16 ans. Parfait pour la 3e, je pense, mais mes élèves de 5e Professionnelle (= seconde française) l'ont
bien aimé.



antigone 26/12/2010 18:51


Voilà qui semble être un livre plein d'émotions !! Et un de moins dans ta PAL ! Tu sembles heureuse de ce choix !


Anne 27/12/2010 10:29



Un rythme trépidant qui sait se faire paresseux comme les eaux du Guadalquivir, pour suivre les sentiments, les émotions des personnages. Très beau texte !



Manu 26/12/2010 09:25


Un sujet qui a l'air difficile mais qui ne manque pas d'intérêt.


Anne 26/12/2010 11:34



Un beau texte, brûlant ! Je me demande s'il recueillera beaucoup de suffrages de la part des lecteurs du Prix Farniente.