Kiss and Cry

Publié le par Anne

 

Hier soir, j'ai assisté à un spectacle vraiment original, dont vous avez peut-être entendu parler. Kiss and cry présente des nanodanses, chorégraphiées par Michèle Anne De Mey, mises en scène par Jaco Van Dormael (réalisateur de Toto le héros, Le huitième Jour), sur des textes de Thomas Gunzig (Mort d'un parfait bilingue).

C'est l'histoire d'une femme qui se souvient des hommes qu'elle a aimés, de leurs mains qu'elle aimait particulièrement... de tous ces gens qu'on a aimés, et qui disparaissent un jour dans un trou de notre mémoire. Comment faire pour retrouver ces instants perdus, ces amants enfuis, comment retrouver la magie d'un spectacle de cirque, l'eau des commencements, la berceuse d'un voyage en train... ?

Non seulement le spectacle est poétique, mais surtout, surtout il est filmé en direct et projeté sur grand écran, et... tout, absolument tout, est miniaturisé. Les personnages, les amants de la scène, ce sont deux mains, qui dansent comme si elles étaient des personnes à part entière, elles évoluent sur des surfaces restreintes, dans des décors de carton, de sable, de brindilles qui, filmés, se projettent en grand sur l'écran. Il y a des meubles et des maisons de poupée, des Playmobil, une maison de carton qui brûle avec une seule allumette, des trains miniatures, un parapluie rouge et blanc fait office de ciel de chapiteau, des jeux de fumée et de miroirs...

Prouesse technique, précision impeccable des mouvements et des manipulations viennent sublimer les textes de Thomas Gunzig et les images de Jaco Van Dormael. En fait, on ne sait où regarder : les techniciens et danseurs qui réalisent la performance sur scène ou le résultat ô combien réussi sur l'écran. Le tout sur des musiques aussi variées que Haendel, Les feuilles mortes chantées par Yves Montand (la photo ci-dessus), Vivaldi, Arvo Part, Gershwin...

Au début, on se demande ce qui va se passer, vu cet ams complexe de technique, de rails, de choses indiscernables sur la scène. Et soudain, le noir se fait, et la caméra s'approche lentement d'une surface plane (un dessus de table en réalité) sur laquelle surgissent du noir les deux mains qui entament un pas de deux sur Lascia mio piangia, de Haendel (chanté, je crois, par Cecilia Bartoli, en tout cas par une voix veloutée, tendre, sensuelle, mélancolique à la fois), cette scène donc m'a cueillie par surprise : cet air archi-connu a soudain pris chair, émotion, nouveauté, grâce à ces deux mains qui se cherchaient, se poursuivaient, se trouvaient...

Une belle soirée, à ne pas louper si jamais ils passent par chez vous (le spectacle est joué dans le cadre de Charleroi-Danses notamment, ça se passe en c moment).

Pour vous donner un petite idée, la présentation sur le site de la Maison de la Culture de Tournai, ici (le petit film bande-annonce démarre tout seul !).

 

Et comme c'est du 100 % Belge de qualité, j'inscris ce billet dans l'automne Fritissime !

 

tintin-famille.jpg

 

 

Publié dans Des mots en images

Commenter cet article

Anis 09/06/2012 09:38

En tout cas, c'est vraiment très original ! et la photo que tu présentes est vraiment saisissante.

Anne 09/06/2012 18:29



C'était un des plus beaux spectacles vus cette saison pour moi.



Gwenaelle 21/11/2011 19:20

Voilà qui est très original et tentant... mais ce spectacle arrivera-t-il jusqu'ici...

Anne 21/11/2011 22:20



Hélas je n'en suis pas sûre du tout, mais c'était trop beau pour ne pas en parler !



Aifelle 21/11/2011 11:16

J'adorerais ce genre de spectacle, il me reste à espérer qu'il passe un jour par chez moi.

Anne 21/11/2011 15:14



Croisons les doigts (hé hé)



Sharon 21/11/2011 11:14

Je ne dirai pas que cela fait longtemps que je suis allée voir un spectacle de danse, non, je dirai simplement que je n'ai pas vu de spectacle de danse contemporaine depuis un certain temps.
Je ne brille pas par ma participation à l'automne, fritissime, c'est le moins que je puisse dire.

Anne 21/11/2011 15:14



Du coup, une collègue m'a signalé un autre spectacle de danse contemporaine à Tournai, en janvier. Je vois rarement ce genre de chose. Pour le Fritissime, je suis plutôt dans la poésie et les
images, plutôt que la lecture... je ne me trouve pas brillante non plus...



caro.carito 21/11/2011 10:26

ça a l'air magnifique...

Anne 21/11/2011 15:10



Mes collègues féminines qui l'ont vu aussi sont très enthousiastes, un homme l'était un peu moins...