L'attente (poétique)

Publié le par Anne

Si tu viens pour rester, dit-elle, ne parle pas.

Il suffit de la pluie et du vent sur les tuiles,

Il suffit du silence que les meubles entassent

comme poussière depuis des siècles sans toi.

 

Ne parle pas encore. Ecoute ce qui fut

lame dans ma chair : chaque pas, un rire au loin,

l'aboiement du cabot, la portière qui claque

et ce train qui n'en finit pas de passer

 

sur mes os. Reste sans parole : il n'y a rien

à dire. Laisse la pluie redevenir la pluie

et le vent cette marée sous les tuiles, laisse

 

le chien crier son nom dans la nuit, la portière

claquer, s'en aller l'inconnu dans ce lieu nul

où je mourais.  Reste si tu viens pour rester.

 

Guy GOFFETTE (poète et romancier belge né en 1947), in La vie promise, Gallimard, 1991

 

 

Publié dans Des Mots en Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 19/12/2011 21:32

Je ne connais pas ce poète mais j'aime son texte!
Bonne soirée.

Anne 19/12/2011 21:38



J'aimerais moi-même le découvrir davantage... :)



antigone 19/12/2011 19:22

J'aime beaucoup. Merci Anne !

Anne 19/12/2011 19:26



Tant mieux ! Passe une belle semaine d'avant Noël...



Richard 18/12/2011 22:32

Je ne connais pas du tout les poètes belges ...
Merci pour cette découverte !
Amitiés

Anne 18/12/2011 22:39



Il y a des classiques très connus, comme Emile Verhaeren, Maurice Materlinck... et des contemporains dignes d'inté^rêt ! Va relire les articles publiés les derniers dimanches, ou la rubrique DEs
mots en poésie... tu en auras un "échantillon" ! Bonne soirée, Richard !



Mina 18/12/2011 22:16

De lui, je connais la prose, dans ses textes sur Verlaine (qu'il m'a un jour déclamé de mémoire... Jour que je n'oublierai jamais) ou dans Une enfance lingère. Je découvre le poète grâce à toi et
poursuivrai certainement cette découverte par l'achat d'un de ses recueils : je suis sous le charme.

Anne 18/12/2011 22:21



Eh bien je ne conais que très peu cet auteur ! En ce moment, (et pour longtemps encore, je crois), je pioche des textes poétiques pour le dimanche dans le recueil de Francis Dannemark en photo,
des petites pralines, des surprises qui sortent à chaque fois de la boîte (ou du bouquin !) Ce texte vient de là.