L'homme qui valait 35 milliards

Publié le par Anne

L'homme qui valait 35 milliards

 

Présentation de l'éditeur :

Partout en Europe, les hauts-fourneaux cessent de fumer. Les ouvriers dégustent, les actionnaires se régalent. Alors Richard, lui aussi, délocalise, diversifie. D'artiste un peu raté, il donne dans le kidnapping. Et voilà Lakshmi Mittal, richissime géant de l'acier, embarqué en camionnette pour le plus étrange des happenings politico-abstraits. Car le rapt, en soi, est une oeuvre d'art. Dollars ? Ou du cochon ? Révolution ? Ou canular ? Peu importe, au fond, pourvu que le capital vole en éclats. Et quel éclat !

 

Ce livre a-t-il manqué de chance, en venant après Le Turquetto ou Le premier été (billet à paraître bientôt) ou ben, définitivement, je n'ai aucun goût pour la légèreté trop travaillée ?

J'ai reçu le livre de Nicolas Ancion dans le cadre d'un partenariat avec Newsbook et Pocket (dans une immense boîte en carton un peu inutile pour un si petit livre - mais c'est put-être le titre du livre qui a incité à prendre des précautions). Et il me faut dire aussi que la couverture de cette édition n'a rien pour me plaire...

L'histoire commence donc par l'enlèvement de Lakshmi Mittal par un faux journaliste et un ancien ouvrier d'Arcelor Mittal, en pleine période de déconfiture des aciéries liégeoises. La critique sociale et économique est bien présente mais on comprend assez vite (ou croit comprendre) que cet enlèvement est du chiqué, le faux journaliste est un plasticien qui rêve de décrocher un emploi de prof aux Beaux-Arts, en organisant pour cela une sorte de happening filmé pour Striptease.

Les aventures des ravisseurs sont émaillées d'explications sous forme de notes de bas de page, qui prennent 3 à 4 pages, et cela m'a fait penser aux "gadgets" d'écriture employés par David Foenkinos dans La délicatesse. Si vous vous souvenez, je n'aimais pas ça, et cela n'a pas fonctionné ici non plus. D'habitude, les dialogues ne me dérangent pas, mais dans ce roman, ils me semblent prendre une place démesurée qui devient du bavardage pour expliquer les manigances de Richard et consorts...

On m'avait dit : "Tu verras, Nicolas Ancion, c'est loufoque." Oui... eh bien je n'ai pas accroché à ce style, je n'ai pas aimé me faire balader d'une vraie fausse histoire à un canular et inversement (ou pas), malgré l'actualité du livre en ce qui concerne la situation industrielle de la région de Liège et... j'ai abandonné ce livre à la moitié. J'aime pourtant l'humour, mais plutôt à la britannique, je crois. Et puis l'art contemporain, où tout n'est certes pas à boire et à manger, méritait un peu mieux (ou alors je n'ai rien compris à ce que j'ai lu, ce qui est bien possible).

En résumé, un rendez-vous raté. J'espère que ce n'était pas une rébellion personnelle à un certain surréalisme à la belge... Quelqu'un pourrait-il me conseiller un autre livre de Nicolas Ancion ?

 

Merci, malgré tout, à Logo News Book et à Pocket jeunesse pour l'envoi de ce livre, que je n'inscrirai dans aucun challenge, puisque je ne l'ai pas terminé.

 

Nicolas ANCION, L'homme qui valait 35 milliards, Editions Luc Pire, 2009 et Pocket, 2011

 

 

Publié dans De la Belgitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
moi aussi j'ai lu "Ecrivain cherche place concierge" que j'ai trouvé drôle, sans prétention autre qu'une grande loufoquerie... Mais surtout, sutout, j'ai eu la chance de rencontrer Nicolas à<br /> Cognac, de passer deux jours délicieux en compagnie de ses compatriotes , tous plus gentils, simples, drôles, les uns que les autres, donc au risque de faire cliché, je dirai : Vive la Belgique !<br /> et vive Ancion et ses Ancionneries rafraichissantes.
Répondre
A
<br /> <br /> Ah mais il y a des gens très bien en Belgique, je n'en doute pas une secnde !! (Hubert Nyssen était belge d'origine ;-) - par exemple ! Bon, je me risquerai peut-être à essayer un autre titre de<br /> cet auteur, je chercherai en bibliothèque ! Merci de cette nouvelle visite.<br /> <br /> <br /> <br />
C
Oh, et j'oubliais: Facebook, c'est le mal! ;-p Résiste ^_^.
Répondre
A
<br /> <br /> Merci, gourou (je tiens parfaitemnt compte de l'avertissement)<br /> <br /> <br /> <br />
C
"Ecrivain cherche place de concierge", en effet, tu n'aimeras pas. Pas impossible que "Quatrième étage" te plaise, comme je l'ai dit. C'est le livre le plus doux et le plus soft de l'auteur.<br /> Moi j'ai bien aimé cet humour, c'est d'ailleurs ce que j'apprécie le plus chez cet auteur. Une petite pointe d'absurdité à la belge ^_^.
Répondre
A
<br /> <br /> Soit je ne suis pas absurde, soit je ne suis pas belge (en fait, c'est ça, je comprends tout maintenant !!!)<br /> <br /> <br /> <br />
M
J'ai lu "Ecrivain cherche place concierge" mais je pense que tu n'adhéreras pas plus. Quant à moi, je pense que je vais m'offrir celui-ci, très d'actualité je trouve !
Répondre
A
<br /> <br /> Si tu veux j te donne bien volontiers mon exemplaire (je l'ai mis dans la mini-pile à revendre mais autant qu'il plaise à quelqu'un). Si ça te dit, envoie-moi ton adresse par mail...<br /> <br /> <br /> <br />
G
juste de te mettre dans mes amis ce qui aurait permis d'avoir cette petite con=versation en direct !!!
Répondre
A
<br /> <br /> Je ne crois pas que je vais me laisser tenter...<br /> <br /> <br /> <br />