La bâtarde d'Istanbul

Publié le par Anne

couverture

 

Quatrième de couverture :

"Chez les Kazanci, Turcs d'Istanbul, les femmes sont pimentées, hypocondriaques, aiment l'amour et parlent avec les djinns, tandis que les hommes s'envolent trop tôt - pour l'au-delà ou pour l'Amérique. Chez les Tchakhmakhchian, Arméniens émigrés aux États-Unis dans les années 1920, quel que soit le sexe auquel on appartient, on est très attaché à son identité et à ses traditions. Le divorce de Barsam et Rose, puis le remariage de celle-ci avec un Turc nommé Mustafa suscitent l'indignation générale. Quand, à l'âge de vingt et un ans, la fille de Rose et de Barsam, désireuse de comprendre d'où vient son peuple, gagne en secret Istanbul, elle est hébergée par la chaleureuse famille de son beau-père. L'amitié naissante d'Armanoush Tchakhmakhchian et de la jeune Asya Kazanci, la « bâtarde », va faire voler en éclats les secrets les mieux gardés..."

Ce livre n'est pas nouveau sur la blogosphère, aussi quand je l'ai vu à la bibliothèque, je l'ai emprunté et... dévoré ! Difficile d'en donner un avis clair, précis, tant il y a de choses remarquables. Bien d'autres blogs en ont livré de belles analyses : ils sont recensés chez  Blog-O-Book. Aussi j'en donnerai un ressenti très personnel.

J'ai aimé parcourir la ville d'Istanbul sous la plume d'Elif Shafak (j'ai repensé à Michel Ange la découvrant dans Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants).

J'ai aimé ces deux familles à la fois si aimantes et si étouffantes, les portraits de ces femmes si diverses, qui composent comme elles le peuvent avec une condition souvent difficile. J'ai été épatée par la colère et la beauté de Zeliha, par la rebelle Asya, j'ai voulu savoir tout de suite quels livres consolaient Armanoush. J'ai souvent souri à la douce folie des tantes d'Asya (et à la scène du dernier chapitre !!).

J'ai respiré tous les parfums et goûté toutes les saveurs de la cuisine turque et arménienne, j'ai dégusté les titres de chapitres, jusqu'à la surprise finale.

J'ai rêvé d'amour et de liberté au Café Kundera.

J'ai flirté avec les djinns sur les épaules de tante Banu.

J'ai été touchée par le destin de grand-mère Shushan et même celui de Mustafa.

J'ai balancé entre plusieurs questions : pourquoi entretenir la mémoire entretient-il aussi la haine ? faut-il absolument connaître le passé pour tracer un avenir harmonieux ? comment des peuples si proches deviennent-ils frères ennemis ? Elif Shafak enchevêtre avec art les destins de deux familles et nous montre leur proximité de culture, de cuisine, elle nous dit la réalité historique, le ressenti, les blessures de chacun et elle nous persuade avec ironie que tous peuvent se rejoindre un jour.

 

Elif SHAFAK, La bâtarde d'Istanbul, 10/18

 

Challenge laurier_couronne_fdb39(catégorie Lieu)

et Challenge logo3pour la Turquie - 5/50

 

Commenter cet article

zarline 06/01/2011 09:13


Hé hé, tu ne crois pas si bien dire... ;-)


Anne 06/01/2011 13:14







zarline 05/01/2011 16:52


J'ai beaucoup aimé l'année passé Lait Noir, un livre qui n'a d'ailleurs pas fait l'unanimité, contrairement à celui-ci que tout le monde semble avoir aimé. Je l'ai déjà dans ma LAL et je suis
presque sûre de passer un bon moment. Il faut juste que j'y pense pour ma prochaine descente en librairie.


Anne 05/01/2011 17:41



J'espère que tu l'aimeras, parfois on est déçu parce que trop de gens ont encensé un livre ! Les libraires crient au feu quand tu "descends" ? ;-)



Manu 05/01/2011 14:41


Quel bon souvenir que ce roman. Lire ta note me replonge dans cette belle ambiance !


Anne 05/01/2011 17:43



Ca fait du bien de temps en temps, ces ambiances orientales si chaleureuses et épicées !



l'or des chambres 05/01/2011 14:29


Désolé Anne mais je vais être obligé de me désister pour la lecture commune. Je rencontre certains problèmes. Je suis désolée.


Anne 05/01/2011 17:44



Ne t'inquiète pas, L'Or, prends d'abord bien soin de toi ! Toutes mes amitiés !



Vero 05/01/2011 12:03


Lu il y a peu, je l'avais beaucoup aimé! Et j'ai "Bonbon Palace" du même auteur dans ma PAL.


Anne 05/01/2011 13:26



J'ai lu ton beau billet, mais comme j'étais paresseuse, j'ai mis le lien direct chez BOB, qui t'avait recensée... C'est amusant comme souvent, je trouve à la bibliothèque, bien mis en évidence,
des livres dont tu viens de parler sur ton blog, comme "Ne plus vivre avec lui" par exemple.