La fenêtre panoramique

Publié le par Anne

La fenêtre panoramique

 

Quatrième de couverture :

April et Frank Wheeler forment un jeune ménage américain comme il y en a tant : ils s'efforcent de voir la vie à travers la fenêtre panoramique du pavillon qu'ils ont fait construire dans la banlieue new-yorkaise. Frank prend chaque jour le train pour aller travailler à New York dans le service de publicité d'une grande entreprise de machines électroniques mais, comme April, il se persuade qu'il est différent de tous ces petits-bourgeois au milieu desquels ils sont obligés de vivre, certains qu'un jour, leur vie changera... Pourtant les années passent sans leur apporter les satisfactions d'orgueil qu'ils espéraient. S'aiment-ils vraiment ? Jouent-ils à s'aimer ? Se haïssent-ils sans se l'avouer ?... Quand leur échec social devient évident, le drame éclate.

J'ai repris la présentation de l'éditeur parce que j'ai lu le livre il y a plusieurs mois, et c'est un bon rappel de l'intrigue principale de ce livre. J'ai présenté ce livre dans le cadre du dernier club de lecture de ma bibliothèque et il convient parfaitement pour le challenge "La littérature fait son cinéma" de Will. j'ai désespérément cherché la couverture originale du livre, sans le bandeau spécial "au cinéma" et je l'ai même pas trouvée sur le site de l'éditeur.

L'histoire d'April et Frank est sombre et difficile à appréhender. C'est celle de gens aux rêves brisés, mais ont-ils vraiment un potentiel, sont-ils vraiment des êtres exceptionnels comme ils aiment à le croire ou ne sont-ils que des personnes médiocres qui n'ont pas réussi à vivre une vie ordinaire ? C'est l'échec de la troupe de théâtre amateur à laquelle elle a participé qui déclenche la déprime et la colère d'April et lui fait imaginer de partir vivre à Paris pour que Frank trouve sa vraie vocation et s'épanouisse enfin comme il le doit. Elle-même est un peu une actrice ratée.

On pourrait croire que cette histoire transpose dans les années 1950 etla banlieue de New York les rêves d'une Madame Bovary. Mais le livre nous donne à lire quelques moments de l'enfance d'April, enfant presque abandonnée, et la jeunesse de Frank, sa relation d'ennui envers son père, qui a travaillé dans la même boîte que lui. Et les personnages secondaires jouent ici un rôle important : les Givings, dont la femme a vendu la maison aux Wheeler, et surtout leur fils qui dans sa maladie mentale met le doigt sur les manques, les faiblesses, les médiocrités du couple ; les Campbell, Milly et Shepperd, le couple d'amis qui joue à la fois le rôle de miroir et de faire-valoir.

C'est un livre que j'ai beaucoup aimé, à tous points de vue : construction, intrigue, personnages... dans une langue belle et bien traduite.

Le film de Sam Mendes, qui réunit à nouveau Leonardo Di Caprio et Kate Winslet, est une très belle adaptation du roman. Le titre original anglais, ironie, est Revolutionary road, là où habitent les Wheeler. Les noces rebelles donnent à voir l'univers du couple, le monde conventionnel et banal qui est le quotidien de tous leurs contemporains, dans un jeu subtil entre intérieur et extérieur, à travers la fenêtre panoramique...

 

Pour une fois, je vous livre même une petite notice sur l'auteur :

"Né en 1926 dans l'État de New York et après une enfance instable dominée par le divorce de ses parents, Richard Yates rejoint l'armée : il est envoyé en France, puis en Allemagne juste après la Seconde Guerre mondiale. De retour à New York au début des années 1950, il devient journaliste puis nègre - il écrit pendant un temps les discours du sénateur Robert Kennedy -, et travaille ensuite dans la publicité. En 1961, paraît aux États-Unis La Fenêtre panoramique, formidable succès critique. Après la publication de ce premier roman, finaliste du National Book Award, il enseigne à l'université de Colombia à Manhattan puis à celle de Boston. Il est soutenu par de nombreux écrivains dont Kurt Vonnegut, Dorothy Parker, William Styron ou Tennessee Williams et il exerce une forte influence sur Andre Dubus, Raymond Carver et Richard Ford. Il meurt en 1992."

 

J'espère découvrir très vite Easter parade, autre roman traduit en français et même les nouvelles Onze histoires de solitude, du même auteur.

 

Richard YATES, La fenêtre panoramique, Bibliothèque Pavillons, Robert Laffont, 2009 (le roman original est paru en 1961)

 

Premier livre du challenge Cinéma  et deuxième du challenge de littérature américaine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie 02/05/2011 12:32


J'aurais peut-être dû le lire au lieu de regarder le film.


Anne 02/05/2011 17:26



Le film est à voir quand même ! Il est vraiment très bien.



Sara 01/05/2011 20:44


J'avais adoré ce roman très sombre effectivement. Le personnage d'April me touche : elle est réellement fascinante. Jusqu'au bout on a un peu de peine à la suivre: que veut-elle en réalité ? Vivre
un rêve probablement mais rien n'est moins sûr. Un très bon roman quoiqu'il en soit.


Anne 01/05/2011 22:01



Tes questions sont vraiment pertinentes ! Et lui, qui est-il vraiment ?



Val bouquine 01/05/2011 17:15


Je l'ai achete il y a peu et tu me donnes vraiment envie de le lire tres vite. Je vais l'avancer dans ma PAL.


Anne 01/05/2011 22:00



Bonne décision :)



Luthien 01/05/2011 10:10


Un de plus dans ma wishlist. :) Le film me tente un peu plus, je commencerai par lui !


Anne 01/05/2011 21:56



Les deux sont très bien et ne sont pas du tout antinomiques !



littlefrog 01/05/2011 00:06


J'avais beaucoup aimé le film, puis le livre, et je crois que je préfère le livre (alors que je suis fan du couple Dicaprio/Winslet). J'ai trouvé qu'il y avait un brin de dérision et d'humour qu'il
n'y avait pas dans le film. Je me suis même offert le livre en VO si jamais je suis assez motivée un jour !
J'hésite à m'inscrire à ce challenge littérature et cinéma, j'attends de voir comment se passe mes autres challenge !


Anne 01/05/2011 21:54



Waouw, c'est génial de pouvoir lire en VO ! La catégorie de base du challenge, c'est seulement deux livres à lire (on e doit pas parler nécessairement du film) et il y a tant de livres adaptés au
cinéma !! Je suis sûre d'en avoir déjà lu beaucoup sans le savoir.