La fille du docteur Baudoin

Publié le par Anne

logo-mam.jpg

Le principe de cette chronique, c'est que nous avons choisi un livre parmi tous les titres de "l'auteur du mois", choisi par Pimprenelle. En ce mois de rentrée scolaire, Marie-Aude était bienvenue, pour son éclectisme dans le monde des enfants et des ados, et... pour la rapidité de lecture de ses ouvrages (en général). J'ai choisi à la bibliothèque La fille du docteur Baudoin, que je ne connaissais pas du tout.

Dans la famille Baudoin, il y a les parents, Stéphanie, qui dirige un rentable labo d'analyses médicales, et Jean, le médecin généraliste au cabinet bien rempli de patients qui rapportent de quoi bien vivre : belle voiture, résidence secondaire à Deauville, beau train de vie, rien ne manque aux Baudoin et les enfants ont tout pour être heureux, avec leur portable dernier cri et chacun leur ordinateur dans la chambre.

Oui, mais voilà : Cerise, la petite dernière, vit par procuration l'amour maternel en élevant des cochons sur Kochonland.com ;  Pierre-Louis, le garçon du milieu, dépense beaucoup d'énergie à se faire bien voir de son chic copain Sixte Beaulieu de Lassalle (prononcez avec distinction); et Violaine, la jolie aînée (oui, oui, c'est l'héroïne), est une adolescente indolente qui collectionne les amours éphémères et décevantes.

Oui, mais voilà : il semble y avoir une brisure dans le couple des parents; et pourquoi le si recherché docteur Baudoin est-il fatigué des patients ? Pourquoi refile-t-il à son jeune associé, Vianney Chasseloup, les vieux, les paumés, les cas désespérés ? Pourquoi, en famille, gère-t-il les difficultés à coups de "tentatives d'humour désespéré" ? Pourquoi est-il fatigué "tout court" ?

Oui, mais voilà : Vianney, ce jeune médecin qui écoute tellement bien ses patients, qui les supporte dans tous les sens du terme, qui les soigne avec bon sens, cache une histoire d'écorché vif.

Oui mais voilà : un matin, la belle Violaine se retrouve à la consultation du docteur Chasseloup...

 

Impossible de raconter toute l'histoire, elle perdrait tout son charme.

En parlant de charme, ce n'est pas le roman qui m'a le plus séduite chez Marie-Aude Murail. L'histoire est grave, certes, mais le ton est plus lourd et l'humour moins pétillant que dans d'autres titres. C'est normal, elle ne peut pas être parfaite à chaque livre. J'ai retrouvé cependant ses antennes qui captent si justement notre époque : ici, les amours adolescentes, le manque affectif, les interrogations existentielles de Vianney, choisir ou non de vivre, de prendre sa vie en mains. Pas mal d'humour (quand même !) dans le choix des noms des personnages : Sixte, déjà cité, Josie Molette, la secrétaire du cabinet médical, monsieur Bonpié ou monsieur Lespelette, les patients. Sans oublier l'histoire de Poubelle, le chat polisson et peu reconnaissant du jeune docteur.

Comme dans Papa et maman sont dans un bateau, j'ai apprécié que Marie-Aude Murail ne juge pas ses personnages, elle raconte une histoire d'aujourd'hui, tout simplement. Et elle nous attire envers et contre tout jusqu'à la fin de l'histoire, à la fois heureuse et ouverte : tout n'est pas donné, le bonheur est à inventer chaque jour... avec douceur et respect.

Publié dans Des Mots en Jeunesse

Commenter cet article

l'or des chambres 16/11/2010 18:04


Et bien je n'ai pas été super convaincue non plus... Pour ma première lecture de cet auteur j'attendais beaucoup plus... Néanmoins, comme tu le dis, ça se lit tout seul, et on a vraiment envie de
continuer notre lecture... Une lecture agréable mais bon, sans plus...
A part ça je viens de publier mon billet sur Fugue si ça t'intéresse... (j'ai vraiment adoré ce livre, un vrai coup de coeur... Un livre que j'ai déjà envie de relire, une ambiance vraiment
particulière et d'une douceur exquise...)


Anne 16/11/2010 18:41



Avis partagé sur ce livre, donc ! Après tout, on ne peut pas toujours être bon et parfait tout le temps, Marie-Aude Murail a déjà tant de beaux titres à découvrir... Je n'ai pas été convaincue
par Mytho non plus...


Pour Fugue : je vais le lire de ce pas ! J'ai été séduite par le thème de la voix, du chant, de la musique, et par la couverture ! Moi qui suis du genre moteur diesel (lente au démarrage) pour la
rentrée littéraire, je ne sais plus où donner de la tête maintenant !! Après "La malédiction des colombes" de Louise Erdrich (encore 150 pages environ), je me réserve un titre jeunesse pour
suivre le Prix Farniente et mes élèves, ensuite ce sera Rosa candida emprunté à la bibliothèque. Je ferai référence à ton billet !



chiffonnette 30/09/2010 18:39


Un des rares Murail qui ne m'a pas convaincue, voire, m'a agacée. Je n'ai pas aimé les personnages en fait, parce que sinon, l'histoire et le regard qu'elle porte sur ce genre de problème est
intéressant!


Anne 30/09/2010 19:05



Elle a des yeux, des oreilles, des antennes frémissantes sur le monde d'aujourd'hui, MAM ! C'est pour ça qu'on l'aime, même si tous ses livres ne sont pas tous de la même réussite.



Karine:) 30/09/2010 05:11


Ile st déjà repéré, celui-là. Même si le ton est un peu lourd, je suis curieuse de me faire ma propre idée.


Anne 30/09/2010 19:01



Il n'y a rien de tel, en effet !



Noukette 29/09/2010 23:21


Ce n'est pas mon préféré non plus, même si c'est une lecture agréable ! ;-)


Anne 30/09/2010 19:02



Eh non, moi non plus, mais tous ces livres, ces billets, permettent de découvrir de nouvelles copines sur la toile !



lasardine (la ronde des post-it) 29/09/2010 20:27


je l'ai beaucoup aimé celui là!!
le choix des prénoms, je l'avais remarqué aussi! c'est original!
et douceur et respect... je suis d'accord!!


Anne 30/09/2010 19:03



Ce n'est pas mon préféré, mais c'est super chouette de découvrir les avis (et les blogs) des autres !