La Mer Noire

Publié le par Anne

 

Extrait de la quatrième de couverture :

En ce jour anniversaire de ses quatre-vingt-dix ans, la première pensée de Tamouna est pour Tamaz, son amour de jeunesse. Cet homme, qu'elle a rencontré l'été de ses quinze ans à Batoumi, et qu'elle n'a cessé d'attendre, devrait être le quarante et unième convive de la fête familiale qui se prépare. La longue journée anniversaire est comme la métaphore de la vie de Tamouna. Entourée des siens, elle a laissé ouverte la vanne des souvenirs, et peu à peu, l'image de la doyenne qu'elle est devenue se superpose à celle de la jeune fille exilée. L'arrivée tardive de Tamaz en éternel amoureux achève de créer le trouble.

 

Un livre à deux voix, pourrait-on dire : les chapitres alternent le récit des préparatifs de la journée d'anniversaire, dont "elle", Tamouna, est l'héroïne et l'évocation de l'enfance en Géorgie, de l'exil brutal en France, que Tamouna raconte en "je". J'ai aimé cette double narration entre le présent de la fête et le passé de plus en plus proche, mais le fait de tout écrire au présent a créé une distance et unefroideur, certes représentatives de Tamouna, mais qui m'ont empêchée de ressentir une réelle empathie pour elle. J'ai été touchée par sa relation avec le père, héros sacrifié de la révolution géorgienne, j'ai aimé sa révolte et sa lucidité de jeune fille intelligente. Ensuite, je me suis sentie un peu éloignée d'elle, à cause de sa dureté, à cause de son ambivalence entre désir d'avancer et confinement dans les coutumes géorgiennes reproduites à l'identique en France.

L'écriture est précise, en phrases courtes un peu sèches : la forme explique peut-être aussi ma distance, et il me semble que l'auteure a abordé plein de sujets touchant à l'exil, le départ, le déracinement, les gens qu'on ne verra jamais plus, l'amour en pointillés, et que sa "concision" est un peu frustrante.

Je me suis demandé si j'avais déjà lu d'autres récits d'exil qui m'avaient davantage touchée, mais je n'en ai pas retrouvé.

Il faut dire aussi que ma lecture s'est faite dans des circonstances difficiles, qu'elle a un peu traîné en longueur. Cela n'a sûrement pas servi au roman. Et ça ne risque pas de s'arranger dans les semaines à venir.

 

Kéthévane DAVRICHEWY, La Mer Noire, Sabine Wespieser Editeur, 2010

 

Une lecture pour le challenge Petit Bac, catégorie Lieu, et pour le tour du monde, étape en Géorgie (même si le livre n'est pas une traduction, il est suffisamment marqué pour compter).

logo3    laurier_couronne_fdb39

Publié dans Des Mots d'Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fransoaz 11/09/2011 21:01


C'est la magie de nos lectures, on prend ce qui nous parle, on laisse ce qui nous indiffère ou nous déplait. J'avais aimé cette mer noire mais émis des petits bémols aussi.
Bonne énergie Anne.


Anne 12/09/2011 00:07



Merci Fransoaz !



Asphodèle 11/09/2011 10:20


Pas grave Anne, on a tous des périodes "over-bookées", je viendrai lire ton avis quand tu le pourras ! J'espère que tu auras passé un bon week-end ! :)


Anne 12/09/2011 00:05



Si je ne bloguais pas autant, je lirais plus, c'est évident ;-)



sophie57 10/09/2011 21:17


passe un bon week-end Anne, c'est vrai qu'il y a des périodes comme ça...je vois que tu lis Mankell, je me demande si pour ce livre je n'étais pas comme toi maintenant dans une période pas très
favorable...en tout cas je suis curieuse de lire ton avis!


Anne 12/09/2011 00:03



Il me plaît bien,même si je n'ai pas avancé beaucoup, 150 pages lues jusque là et une semaine à venir encore très remplie... on verra !



krol 10/09/2011 19:28


J'ai aimé la douceur du récit, je n'y ai pas vu la froideur du style. C'est amusant comme chacun ressent les choses différemment selon son vécu, son présent, son passé... selon aussi s'il lit plus
ou moins vite le texte. Souvent, lorsque je traine sur une lecture, je n'arrive pas à l'apprécier vraiment.


Anne 12/09/2011 00:02



Si c'est trop long, j'oublie presque les impressions du début !!



Manu 10/09/2011 11:46


Je n'avais pas été non plus plus touchée que ça par ce roman. Et cette histoire d'amour à laquelle je n'avais pas cru.


Anne 12/09/2011 00:02



Mes bémols sont un peu influencés par mes circonstances de lecture, mais je n'ai guère apprécié le côté factuel de l'écriture, une mise à distance trop froide.