Le Conservateur des ombres (des mots de Nadège)

Publié le par Anne

Ce billet vous est proposé par Nadège, dans le cadre du challenge Voisins voisines (Belgique).

 

Le conservateur des ombres

 

Quatrième de couverture :

Flachsenfingen. Hiver 1931. Quatre hommes décident de réaménager la bibliothèque publique. Ce projet est une chance inespérée pour Franz Grünenwald, jeune homme boiteux (des suites d’une polio), de réaliser son rêve : devenir bibliothécaire. Pour le seconder, on lui attribuera les services de Maria (chargée du ménage) et d’Ernst qui viendra l’aider de temps à autre en temps que bénévole.

 

Le passe-temps favori de Franz est d’observer ses lecteurs et d’apprendre à les connaître à travers leurs lectures. Ce jeu deviendra une véritable obsession lorsque Theodor Bonhiver fera son apparition. Theodor consulte les livres, mais ne les emprunte pas. Et Franz va donc se muer en enquêteur pour découvrir le sujet d’étude de son lecteur. Peu à peu, l’obsession de Bonhiver deviendra celle de Franz ; celui-ci finira même par s’octroyer le titre de biographe de l’auteur local.

Franz mène une vie tranquille et heureuse, dédiée à ces deux passions : sa bibliothèque et Theodor Bonhiver. Jusqu’en 1933, lorsque son lieu de paix voit l’arrivée de trois exemplaires de Mein Kampf. Les menaces d’autodafé suivent ainsi que la censure et la propagande. Que peut faire un bibliothécaire boiteux contre l’armé nazie, comment vivre le double handicap d’être défenseur de la culture et de l’ouverture au monde, et celui de ne pas répondre au critère de pureté et de force prôné par Hitler ? Comment lutter contre la terreur qui se répand dans le pays ?

Thierry Haumont ne raconte pas la guerre à travers les combats, mais nous propose le quotidien d’une petite bourgade allemande confrontée à la montée du nazisme au début des années 30, puis à la guerre qui a suivi. Il suit le parcours de plusieurs jeunes gens, trois hommes et une femme, parmi lesquels Franz Grünenwald et Theodor Bonhiver, résistants à leur façon. J’ai trouvé ce traitement original et très intéressant. Coïncidence étrange, je venais de terminer la lecture de L’un des nôtres de Willa Cather, roman dans lequel la guerre était vue à travers les yeux de paysans américains dont les jeunes soldats étaient envoyés en Europe (un autre point de vue atypique).

Et pour clore ce billet, une très belle description d’un lecteur / du lecteur… :

Toutes les vies de tous les personnages qu’il a croisés lors de ses lectures, Franz Grünenwald les a vécues, d’une façon ou d’une autre, comme il a vécu dans chacun des pays où se transportait l’action. Il a colonisé trois îles désertes, a été banni un nombre considérables de fois, plus rarement intronisé. Il a cru dans tous les dieux et continue d’y croire, il est né d’une multitude de parents, dont certains ne se sont jamais donnés à connaître ; il a pratiqué tous les métiers, même celui de n’en faire aucun. Dans la même aventure, il lui est arrivé d’être le maître et l’esclave, le Blanc et l’indigène, de plaider pour la justice et son contraire ; d’être à la fois le héros, son confident et son principal ennemi, la femme de tous les mâles, l’enfant et de tous les couples, l’amant et le mari trompé. Il est de tous les siècles, et du sien quand il lit une fiction contemporaine, ou qu’il se mire sans indulgence dans un miroir : nu, débout et sans point d’appui. Alors il est un homme plutôt laid, infirme, qui n’est jamais entré dans le lit d’une femme, qui n’a pas d’emploi, ne connaît du monde qu’un peu de campagne, et deux villes : Flachsenfingen où il vivote ; Berlin, où il avait réussi à se faire envoyer pour achever ses études.

 Thierry HAUMONT, Le Conservateur ders ombres, Espace Nord, 2000 

 

Logo Voisins Voisines Calibri noir cadre blanc 

 

 

 

 

 

Publié dans Les Mots de Nadège

Commenter cet article

Nadège 13/02/2012 22:15

Oui, c'est un auteur belge. Originaire d'Auvelais, d'après la quatrième de couverture.

Philippe D 08/02/2012 21:36

C'est donc un auteur belge? Je ne le connais pas du tout.
Bonne fin de soirée.

Valou076 08/02/2012 16:51

intéressant ce livre, un angle d'étude à la fois original et historique...j'aime !

Nadège 07/02/2012 16:31

Je me rends compte que j'ai fait une erreur : j'ai commencé min billet en voulant reprendre la quatrième de couverture, puis j'ai changé d'avis, mais j'ai oublié de supprimer le "titre". Voilà ! Je
voulais juste faire cette petite rectification !

Anne 07/02/2012 16:36



Je vais rectifier ça tout de suite !