Le crépuscule des hyènes

Publié le par Anne

 

Quatrième de couverture :

Raul da Silva, taupe du contre-espionnage infiltrée dans le gouvernement d'Allende, n'aura pas su protéger sa compagne chilienne lors du coup d'Etat de Pinochet. En 1992, lorsqu'il se retrouve au coeur de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le destin frappe à nouveau, manquant lui arracher pour la seconde fois la femme qu'il aime.

De retour en France, Rail est amené à enquêter sur les séquelles des réseaux d'ex-filtration des criminels de guerre mis en place par le Vatican après la Seconde Guerre mondiale. Manipulé par Mathieu Sombart, un homme de l'ombre qui fut en 1944 aux prises avec les scories de l'Occupation, traqué par des tueurs liés à une organisation intégriste catholique et les services secrets serbes et croates, Raul voit se profiler le fantôme de Skolnikoff, maître du marché noir, à l'orignie d'un gigantesque pillage savamment organisé par les nazis.

 

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, John C. Patrick est le nom de plume d'un auteur bien français. C'est grâce au forum Partage lecture et aux éditions Kyklos que j'ai eu l'occasion de lire mon premier roman d'espionnage. La quatrième de couverture m'avait intéressée par tous les thèmes historiques du 20e siècle qui semblaient abordés. J'avais même peur que ce ne soit très compliqué à lire (surtout en cette période un peu chargée). Mais pas du tout : l'histoire est racontée de façon très claire, dans un ordre chronologique immuable qui permet de passer de 1945 en France à 1973 au Chili et ensuite en 1993 (retour en France) sans problème. Pas de longueurs, pas de digressions qui freinent la lecture.

Bon, c'est un univers de "mecs" et je n'y ai pas fort accroché... Le héros, Raul, me semble très (trop) parfait (il connaît toutes les techniques de défense et de survie qui évidemment tombent à pic au bon moment, il a un sens de la répartie qui prouve une connaissance très étendue de l'histoire et des ficelles des services secrets, il sort à peine fatigué des nombreuses cavalcades qui lui sont imposées dans cette aventure...) mais c'est peut-être la loi du genre, je n'ai aucune expérience en ce domaine de lecture (même pas lu un John Le Carré, c'est dire).  

Le traitement du récit reste dans le même registre : que ce soit dans les péripéties ou dans les dialogues, l'auteur semble vouloir nous faire connaître tous les détails concernant les services secrets, le coup d'Etat de Pinochet, les trafics des nazis... On y apprend énormément de choses, mais cela reste toujours dans ce genre purement "historique". Même si deux femmes jouent un rôle dans l'affectivité du héros, elles ne jouent aucun rôle important dans l'histoire et cela renforce l'image très lisse de Raul. (Un bon James Bond à la télé n'est pas pour me déplaire, mais dans un livre, le héros trop parfait me dérange un peu... beaucoup.)

Cela dit, le roman est très bien écrit, une belle langue agréable et imagée. Hélas, j'ai une fois de plus remarqué quelques coquilles et fautes d'orthographe malencontreuses. Dommage pour l'auteur...

 

Un grand merci aux Editions Kyklos et à Partage lecture pour cette lecture !

 

John C. Patrick, Le crépuscule des hyènes, Kyklos Editions, 2011

 

Publié dans Des Mots français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sharon 23/06/2011 13:27


Je bloque - je l'ai lu au moment où j'avais trop de soucis personnels, et tout cela s'est mélangé.


Anne 23/06/2011 13:30



J'ai vu que les avis sont partagés quand même : certains ont adoré, d'autres comme moi ont été gênés par certains aspects du livre... Bon courage, Sharon ! Bises



Sharon 23/06/2011 13:21


Toujours pas réussi à écrire mon avis.


Anne 23/06/2011 13:24



Tu bloques ou tu as trop de choses à dire ? Je suis curieuse de le lire, je recevrai sûrement une alerte par le forum !



zarlines 22/06/2011 17:39


J'aime bien les romans d'espionnage mais je tique aussi sur les super-héros qui s'en sortent avec à peine une petite griffure (pas du tout le cas dans la plupart des John Le Carré, si ça te
rassure). En plus, j'ai l'impression que l'intrigue de ce livre-ci est un peu "too much", genre les nazis, Pinochet, la Bosnie etc... Bref, pas sûre de vouloir tenter le coup.


Anne 22/06/2011 17:41



C'est tout à fait ça : c'est too much ! Mais d'autres livres de cette maison d'édition semblent intéressants.