Le jeudi, c'est citation !

Publié le par Anne

Je vous propose un autre extrait de Pitié pour le mal, pour cette citation du jeudi initiée par Chiffonnette.

C'est Gunther qui écrit :

"Ce que je t'écris peut te paraître moralisateur mais, pour moi, cette réflexion résulte d'une douleur que j'éprouve au quotidien et que partage la grande majorité des ressortissants de mon pays, un peu comme si cette plaie dont nous étions les responsables était devenue la nôtre.

Ainsi, lorsque je me retrouve avec d'anciens compagnons d'armes, nous parlons d'événements marquants sur les plans militaire ou personnel, nous faisons état d'actes de bravoure mais nous n'évoquons jamais la question du mauvais fondement de notre cause ou, plus fondamentalement, de notre remords. Cela dit, nous avons tous notre réserve d'arguments pour le cas échéant où quelqu'un aborderait le sujet : l'humiliation du traité de Versailles, les succès fracassants et inespérés du parti national socialiste qui nous a séduits puis abusés, la peur du bolchevisme.

Combien de temps faudra-t-il pour purger les mémoires des atrocités d'une guerre comme celle que nous venons de vivre ? Trois, quatre, cinq générations ? Avec quels yeux tes enfants regarderont-ils les enfants de mes enfants ? Et vice versa ? La rancoeur a la dent dure et si un pas est à faire, il ne peut venir que de votre côté, pas du nôtre. La pitié est un privilège de vainqueurs..." (pages 60-61)

 

Bernard TIRTIAUX, Pitié pour le mal, Éditions Jean-Claude Lattès, 2006 (et au Livre de Poche)

 

Le jeudi c'est citation.gif

Publié dans De la Belgitude

Commenter cet article

Theoma 03/12/2010 13:51


C'est très fort. Je note la référence.


Anne 03/12/2010 16:07



Oui, un bon livre, à conseiller aux étudiants aussi (15/16-18 ans, je dirais, ça dépend du niveau de lecture de chacun).



Marine Rose 03/12/2010 10:59


Il en faut de la pitié pour le mal, sinon on pourrait devenir cruel à notre tour...


Anne 03/12/2010 16:09



Voilà une réflexion intéressante et juste, me semble-t-il, qui prolonge bien le livre... Et bienvenue à toi sur mon blog !



Noukette 03/12/2010 00:13


J'aime particulièrement la dernière phrase !


Anne 03/12/2010 09:05



Le livre parle subtilement de cette notion de pitié (mais je ne te révèle pas tout !) Tu as encore posté ton commentaire bien tôt, Noukette !