Le meurtre de Roger Ackroyd

Publié le par Anne

 

Quatrième de couverture :

Un soir, dans sa propriété de Fernly Park, l'industriel Roger Ackroyd se confie à son ami le Dr Sheppard. La veuve qu'il envisageait d'épouser s'est suicidée pour échapper à un chantage. Dans une ultime lettre, elle lui révèle nom de celui qui détient un terrible secret : un an plus tôt, elle a assassiné son mari.

 

Je rêvais de relire Agatha Christie, dont j'ai dévoré pas mal de romans quand j'avais quinze, seize ans, j'empruntais des éditions de trois ou quatre titres à la bibliothèque et je buvais du petit lait, sans aucun discernement mais avec un maximum de plaisir. J'ai relu Dix petits nègres il y a quelques années, pour un travail scolaire, et cette fois, ça y est, je relis "pour le plaisir" avec ce septième roman de Dame Agatha, paru en anglais en 1926, le quatrième où apparaît Hercule Poirot. Il me semble avoir lu sur un forum un commentaire beaucoup trop complet, dont l'auteur révélait le coupable, ou alors je deviens maligne pour résoudre les énigmes : en tout cas, que j'aie bien retenu le commentaire ou que j'aie deviné très vite qui était le meurtrier, cela n'a gâché en rien mon plaisir (pardon, je me répète beaucoup avec ce mot).

Je ne me souvenais pas qu'Agatha Christie a autant d'humour, du moins de l'humour anglais, très flegmatique et piquant. Page 10, le décor est planté : "King's Abbott, notre village, ressemble sans doute à beaucoup d'autres. Cranchester, la ville la plus proche, se trouve à douze kilomètres. Nous possédons une gare importante, un petit bureau de poste et deux magasins qui se font concurrence et où on trouve à peu près totu ce qu'on veut. Tous les hommes valides s'empressent de partir dès qu'ils sont en âge de le faire, mais nous ne manquons ni de vieilles filles ni d'officiers à la retraite. Quant à nos passe-temps et distractions favorites, un verbe suffira pour les décrire : cancaner." Page 30, un rapide portrait au vitriol atteste cet humour : "Je regrette d'avoir à l'admettre, mais je déteste Mrs Ackroyd. Cette femme est un fort déplaisant amalgame de colliers, de dents et d'os. Ses petits yeux bleu pâle ont la dureté du silex et leur froideur calculatrice dément les paroles aimables qu'elle prodigue si volontiers." J'adore cette ambiance, que l'on retrouve aussi chez Mary Wesley ou encore Barbara Pym.

L'apparition d'Hercule Poirot dans cet opus est tout aussi savoureuse : il a pris sa retraite incognito dans ce village, et pour s'occuper il cultive les courges ! Heureusement pour nous, il va vite se lasser de cette activité peu nourricière pour "les petites cellules grises".

Quant à l'enquête, qui se déroule essentiellement dans la propriété de Roger Ackroyd, elle progresse à coups de questions, d'indiscrétions, de précisions horaires, de personnages qui apparaissent ou disparaissent mystérieusement, de secrets plus ou moins bien dissimulés... comme les pièces d'un puzzle qui se mettent en place lentement jusqu'à ce que Hercule Poirot y apporte la touche finale. Certes, il y a parfois quelques questions un peu trop bien amenées par la police locale, quelques coïncidences bien précieuses pour notre détective à moustaches, mais quand même, ce Belge, avouez, c'est un as !! Et cette technique narrative, quelle bonne idée pour nous relater la découverte du crime et la résolution de l'énigme.

Une lecture détente donc, un plaisir anglais que je n'ai pas boudé. A renouveler sans tarder, j'espère !

 

L'avis d'Enna qui l'a relu aussi il y a quelques jours, et celui d'Antoni.

 

Agatha CHRISTIE, Le meurtre de Roger Ackroyd, traduit de l'anglais par Françoise Jamoul, Le livre de Poche, 1990 (La couverture de mon édition date de 2009)

 

Un livre qui entre bien sûr dans le challenge d'Antoni  

Challenge-anglais.jpg

 

Publié dans Des Mots britanniques

Commenter cet article

Lystig 11/05/2012 11:02

lu l'an passé... une lecture ... surprenante !

Anne 11/05/2012 14:15



En effet :)



ANTONI 04/05/2012 21:16

Salut Anne, je l'ai lu également et j'ai adoré. Comme tu le sous-entends, Hercule Poirot est diabolique. Et quel dénouement !
Par ailleurs, je me suis permis d'ajouter un lien vers ton article dans celui que j'avais rédigé au moment de cette lecture. Aussi, je te propose, si cela t'intéresse, d'aller voir cela sur mon
blog et de me dire, le cas échéant, ce que tu en penses, à ton tour.
Bonne soirée et à bientôt...

http://passion-livre.over-blog.com/article-le-meurtre-de-roger-ackroyd-agatha-christie-74863945.html

Anne 04/05/2012 21:25



Hllo, Antoni, welcome in my little home ! Merci d'avoir ajouté le lien sur un article de 2011 chez toi ! Bonne soirée !!



Géraldine 29/04/2012 20:11

J'en ai lu aussi un paquet d'agatha. mais pas celui ci. Pourquoi, parce qu'une question de ma version du Trivial Pursuit donne le nom du criminel !!!

Anne 29/04/2012 23:13



Ca c'est ballot !! Mais ça n'empêche pas de le lire, la preuve !



Anis 28/04/2012 23:30

Je l'ai beaucoup lue et adorée mais le charme a un peu passé. Mais il y a des moments pour redécouvrir.

Anne 29/04/2012 10:39



oh ça fait du bien de temps en temps, c'est une petite madeleine de Proust:)



soukee 28/04/2012 12:44

Je l'ai relu il y a peu... Un régal ! (mais qui a fait polémique lors de sa sortie car il ne respectait pas le codes du roman policier !)

Anne 28/04/2012 17:53



Pas étonnant ! C'est vrai que c'est audacieux, quand on y pense, et elle s'en sort avecune pirouette (étonnant même que Poirot soit aussi "coulant", non ?)