Les amoureux

Publié le par Anne

Les amoureux

 

Seuls, dans leur nid, palais délicat de bambous,

Loin des plages, du spleen, du tapage des gares

Et des clubs d'électeurs aux stupides bagarres,

Ils s'adorent, depuis Avril, et font les fous !

 

Et comme ils ont tiré rideaux lourds et verrous

Et n'ont d'autre souci, parmi les fleurs bizarres,

Que faire chère exquise, et fumer tabacs rares

Ils sont encore au mois des lilas fleurant doux,

 

Cependant qu'au dehors déjà le vent d'automne

Dans un "de profundis" sceptique et monotone

Emporte sous le ciel par les brumes sali,

 

Les feuilles d'or des bois et des placards moroses

Jaunes, bleus, verts fielleux, écarlates ou roses,

Des candidats noyés par l'averse et l'oubli.

 

Jules LAFORGUE, Premiers poèmes, 1885

 

Le temps, la saison, les couleurs, la partie qui se joue aujourd'hui en son round final... il était visionnaire, ce Laforgue...

Publié dans Des Mots en Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anis 12/05/2012 11:18

C'est vraiment très beau !

Anne 12/05/2012 13:26



Tout simplement oui :)



l'or des chambres 06/05/2012 22:26

Et ça y est, c'est règlé... Ouf

Anne 07/05/2012 00:40



Génial !



Mango 06/05/2012 20:35

C'est un poète que j'ai toujours beaucoup aimé! Bravo pour ce choix aujourd'hui!

Anne 06/05/2012 21:45



Je l'avais ressorti il y a quelques semaines d'un vieux cours, et je le gardais au frais !



Aifelle 06/05/2012 18:26

Joli poème, avec une rime prémonitoire :-)

Anne 06/05/2012 21:44



Je n'y avais même pas fait attention !! Génial !



jeneen 06/05/2012 16:47

je plaisante !!! en tout cas, jolies rimes !biz

Anne 06/05/2012 21:42



A ta santé ! Bises