Les chagrins

Publié le par Anne

les-chagrins

Angèle est née à La Petite Roquette, une ancienne prison parisienne dont il ne reste rien : tout a été démoli et on a construit par dessus une cité, un jardin d'enfants... Angèle, fruit malvenu des amours de sa mère, Helena, et d'un inconnu qui a fui la police et le pays pendant qu'Helena prenait cinq ans pour le braquage d'une bijouterie. Pour protéger un homme qu'elle ne reverra plus jamais, un amour dont elle ne se remettra jamais.

L'amour dont Angèle a cruellement manqué , c'est Mila, sa grand-mère, qui le lui a donné, une vieille danseuse fatiguée qui n'a pas su comment retenir sa fille dans le monde des vivants...

A la mort d'Helena, Angèle trouve des lettres, un vieil article de presse, un portrait... Avecle journaliste, un vieil homme fatigué lui aussi, qui en sait plus long qu'on ne croit, elle retrace l'histoire d'Helena...

 

Des silences, des secrets et des douleurs (p. 176) : Judith Perrignon nous livre la clé de son premier roman.

Il nous faut écouter la parole des uns et des autres, Mila, Angèle, Helena, Victor... pour découvrir petit à petit ces secrets, ces chagrins, ces personnages tous blessés dans leur enfance et qui ont survécu tant bien que mal aux accidents, aux blessures, aux déroutes, aux abandons de l'âge adulte.  Angèle est ainsi devenue spécialiste en jouets anciens aux puces de Saint-Ouen, "une spécialiste de l'enfance heureuse", dit-elle. J'ai trouvé cette narration chorale touchante pour ressentir les brisures des uns et des autres.

Il y a aussi un vrai regard de compassion des uns envers les autres, entre Angèle et Mila, bien sûr, mais aussi de Mila sur sa fille, et de Victor, le vieux journaliste devenu aveugle, le seul qui ait écrit un article compréhensif au moment du procès et qui aide Angèle dans sa quête de vérité.

"Elle entre dans le box des accusés, je suis là, parmi les spectateurs, elle est belle, inaccessible, ses deux yeux noirs font tout pour démentir la fragilité que son corps suggère, elle fonce vers le verdict et je ne peux rien pour elle.

Elle entre dans votre chambre, je suis là, parmi vos peluches et vos poupées avachies sur l'armoire, j'ai leurs yeux de plastique, ronds et immobiles, le bec métallisé des ciseaux avance vers votre tête et je ne peux rien empêcher."  (p. 100-101)

"Mais elle était l'innocence, il y avait en elle un défi enfantin, elle poursuivait envers et contre tout, elle se laissait glisser vers le fond avec le sentiment de l'abandon. Abandon, c'est le mot qui me vient, celui que l'on emploie pour raconter une femme entre les bras d'un homme, le moment où il entre en elle. Il était en elle." (p. 107)

Une écriture sans fioritures, presque sèche parfois, sert cette histoire avec force et pudeur.

 

Judith PERRIGNON, Les chagrins, Stock, 2010

 

Aifelle a aimé avec une réserve, Clara et Griotte n'ont pas aimé... Hélène et Fransoaz ont vraiment apprécié, moi aussi ! Cela me permet d'atteindre aussi le 1 % du Challenge de la Rentrée littéraire !!

1pourcent

 

 

Publié dans Des Mots français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Griotte 29/12/2010 12:34


Pas aimé non plus... Ni les personnages, ni l'histoire... Un rendez-vous manqué dirons nous !


Anne 29/12/2010 21:43



Ca arrive, on ne peut pas tout aimer. Tu sembles quand même déçue de ne pas avoir aimé, dommage !



Vero 29/12/2010 06:04


Ça a l'air d'aller mieux (rapport à ton blog-it), tant mieux! Bonnes vacances :-)


Anne 29/12/2010 21:51



Le passage difficile à vivre est passé, il laissera des traces chez tout le monde dans la famille. Mais la vie doit continuer malgré tout. Et je dois dire que ce blog (et tous les autres) prend
une bonne place pour cela !



Vero 29/12/2010 06:03


J'avais bien aimé aussi (découvert grâce à Laure - des Jardins d'Hélène qui me l'avait gentiment envoyé). Avec le recul, j'ai quelques réserves quant à la longueur de certaines parties et quelques
coïncidences un peu faciles dans l'histoire. Mais cela reste un beau roman et j'ai adoré la partie épistolaire.


Anne 29/12/2010 21:49



En effet, c'était vraiment intéressant cette multiplication des points de vue et des genres !



sophie57 28/12/2010 22:19


ton billet donne envie de le découvrir...je suis entrain de lire "les visages", de kellerman , et je ne le lâche plus!


Anne 29/12/2010 21:48



Encore un auteur à découvrir pour moi. Je me suis offert le coffret de Ellory "Seul le silence" qui a l'air d'être très apprécié aussi ! Il est sur ma PAL...



Fransoaz 28/12/2010 21:47


Nos avis se rejoignent sur cette lecture...
Le personnage d'Helena trouve grâce à nos yeux au fur et à mesure des témoignages.
Je suis très heureuse de découvrir ton blog!
à bientôt.


Anne 29/12/2010 21:47



Bienvenue chez moi, Fransoaz ! Le tien est très bien aussi, je l'ai ajouté dans mes liens à découvrir. "Les chagrins" aura été un des beaux livres de l'année pour moi.