Les Encombrants

Publié le par Anne

Les Encombrants (Babel)

 

Quatrième de couverture :

Ils vivent seuls ou en maison de retraite ; ils parlent à leur animal de compagnie ou au téléphone - la plupart n'ont plus grand monde à qui parler. Ils ont en commun leur grand âge, une santé chancelante, et ce terrible et culpabilisant sentiment d'inutilité, comme d'encombrants meubles au rebut.

 

J'ai choisi ce petit recueil de nouvelles pour le billet du 12 du mois en hommage à Hubert Nyssen.

Petit par la taille (96 pages) mais non par le talent. J'ai retrouvé avec bonheur la plume alerte, précise, tantôt pleine de fraîcheur naïve, tantôt chargée de tendre férocité de l'auteur de La tête en friche et surtout de Vivement l'avenir.

Sept nouvelles sur "les vieux", dont la première et la dernière jouent sur un joli quiproquo qui se dévoile à la fin, évidemment : une inclusion qui révèle la belle conception de ce recueil. Il commence par deux textes qui font frissonner tant l'indifférence, la convoitise des personnes dites "proches" peuvent être aussi violentes et dévastatrices que la violence insidieuse et bien réelle parfois de la part des soignants en maison de repos (un portrait au vitriol, rien de moins, dans Une garde de nuit !).

Heureusement Marie-Sabine Roger ne jette pas seulement un regard acéré sur ces conditions de vie : dans On n'a pas tous les jours cent ans, on se croit d'abord au niveau des pâquerettes où errent un député en mal de voix et une journaliste locale en mal de scoop pour finir par une revanche un rien vacharde de l'auteur. On sourit et... cela fait du bien ! Dans Rose thé et Comment fait-elle, le point de vue se décale et ce sont les enfants des vieux qui sont à l'avant-scène, pétris de nostalgie ou complètement dépassés par leurs vieux parents.

Un recueil doux-amer, qui nous interroge mine de rien sur nos attentions aux personnes âgées, et qui nous ferait bien un peu frémir sur notre propre avenir de "vieux" et de "vieilles" !

 

A écouter en lisant : la chanson Les vieux de Jacques Brel, mais aussi Quand on est vieux, on est c... de Georges Brassens, histoire de ne pas voir le seul côté noir du récit ! D'ailleurs, la couverture d l'édition poche fait la part belle au rêve !

 

Marie-Sabine ROGER, Les Encombrants, Editions Thierry Magnier, 2007 et Babel, 2011

 

L'avis d'Antigone et tous les liens vers des articles en hommage à Hubert Nyssen chez Denis

 

 

Publié dans Des Mots français

Commenter cet article

Géraldine 16/06/2012 20:38

Pourquoi pas. Plus pour l'auteure que pour le sujet.

Anne 17/06/2012 12:41



J'aime beaucoup cette romancière !! (je l'ai déjà dit, je crois...) 



Cachou 16/06/2012 19:54

Arch, zut, j'ai oublié de continuer l'hommage des 12 du mois. Le pire étant que j'ai des Actes Sud prévus (dont le nouveau Shimazaki qui vient de sortir).
Celui-ci vient d'être acheté aujourd'hui par ma mère, à voir si elle me le prêtera après l'avoir lu ^_^.

Anne 17/06/2012 12:39



Nous avons encore 5 mois ;-) Oh un nouveau Shimaaki !!



krol 15/06/2012 21:02

Toujours pas lu mais il va falloir que je le fasse !!! J'en ai lu tant de bien et tu en rajoutes une couche !

Anne 15/06/2012 21:07



Mais qu'est-ce que tu attends !? :)



Anis 15/06/2012 19:38

J'avais beaucoup aimé la vieille dame de "La tête en friche". Cette auteure semble en effet beaucoup s'intéresser à cet âge de la vie.

Anne 15/06/2012 19:55



J'ai vu chez Sharon un challenge qui lui est consacré, mais je passe mon tour. Pas de "ségrégation",par le challenge ;-)



antigone 15/06/2012 18:50

J'avais effectivement beaucoup aimé ce recueil !! ;)
Je n'ai toujours pas lu son dernier cependant. Des éditions Babel toujours magnifiques !

Anne 15/06/2012 19:53



Moi non plus, je n'ai pas encore lu le dernier qui a reçu le prix de l'Express cette semaine !