Little Big Bang

Publié le par Anne

 

Quatrième de couverture :

Un peu d’obésité chez un honnête homme israélien est loin d’être une disgrâce. Sauf s’il décide de maigrir à tout prix. Malgré les moqueries affectueuses de son épouse et des grands-parents, notre homme multiplie en vain les régimes : tout fruit, tout viande, ou tout carotte. Une diététicienne de renom lui recommande le tout olive. Il finit par avaler un noyau qui se fiche dans l’épigastre. Et voilà qu’un beau jour quelque chose bourgeonne de son oreille gauche, une pousse d’olivier dirait-on, phénomène qui sera à l’origine d’un véritable big-bang local…
À partir d’un événement pour le moins insolite, traité à la manière positive du conteur, Benny Barbash nous offre une fable à mourir de rire, d’une pertinence abrasive.
Dans cette famille juive, on est scientifique de père en fils, on raisonne, on discute, on observe, on analyse, on vérifie... Et ce ne sont pas les histoires de miracles et les querelles traditionnelles de concurrence entre belle-mère et belle-fille qui vont enrayer ce bel esprit scientifique. Jusque là, le Big Bang des origines était le seul événement sans cause explicite de l'univers. Mais cet olivier s'est mis à pousser dans l'oreille de Roy...
Ce conte moderne nous est raconté à hauteur d'enfant (le narrateur est le fils de Roy, presque 13 ans) et devient le prétexte à évoquer toute l'histoire d'Israël, surtout depuis la création de l'Etat en 1948, et le contexte des territoires occupés, des relations bloquées entre Palestiniens et Israéliens, la violence ordinaire, la pression quotidienne à laquelle sont soumis les uns et les autres. Le tout présenté avec une dose d'humour et d'auto-dérision jubilatoire !
"(...) l'explosion nucléaire de la bombe qui tombera sur Gush Dan atteindra, elle, les 5 000 degrés. La tâche qu'Hitler n'était pas parvenu à accomplir en trois ans sera achevée en trois secondes, sans aucune logistique complexe et onéreuse.
Cette description fit forte impression sur Grand-mère, qui demanda à Papy s'il croyait que c'était ce qui allait se produire. Il lui répondit que si le pays ne se dotait pas sous peu d'un dirigeant de l'envergure de Begin, les couilles de Churchill et la conscience de Ben Laden en sus, en bref un dirigeant qui n'hésite pas à lancer une frappe préventive sur Téhéran, alors oui, c'est ce qui allait se produire et qu'on ne vienne pas dire qu'il n'avait pas prévenu." (p. 17-18)
"Papa glissa lourdement de la table et se dirigea vers la fenêtre pour regarder dehors, tel Moïse contemplant tristement, depuis le mont Nébo, la terre promise à laquelle il ne parviendrait jamais.
Il y avait cependant une énorme différence entre eux : Moïse était alors déjà un vieillard, sur le point de mourir de toute façon. Qu'avait-il à perdre ? Une terre balayée par le hamsin et couverte de trombidions, avec deux cent millions d'Arabes autour et un peuple qui, au mieux, l'aurait élu pour prendre la tête de l'opposition. En fin de compte, Moïse s'y retrouvait entre ce qu'il y avait à perdre et à gagner." (p. 94-95)
"Des Arabes vivaient ici il y a plus de trois cents ans ? demanda Maman, qui n'était pas à l'aise avec toute cette histoire de peuple sans terre arrivé sur une terre sans peuple." (p. 140)
Certains de ces extraits, leur fatalisme ou plutôt leur opiniâtreté presque désespérée correspondent bien aux avis exprimés par des personnes rencontrées lors du voyage en Israël il y a quelques semaines. Nous n'avons pas rencontré d'Israéliens (ils ne cherchent pas à s'expliquer, à rencontrer des visiteurs) sauf un père israélien et une dame palestinienne qui font tous deux parents de l'association Parents Circle, unissant des parents de victimes du conflit israélo-palestinien : ils veulent se rencontrer, partager leur humanité, semblable des deux côtés, et montrer qu'un dialogue est possible, au-delà du deuil et de la souffrance. Nous avons également rencontré un responsable d'association culturelle dans l'un des camps de réfugiés de Bethléem, un observateur français collaborateur au consulat de France à Jérusalem : tous font comprendre que la situation semble particulièrement bloquée et tendue. Même si le rêve de revenir aux frontières d'avant 1948 est fort. Même si la théorique reconnaissance d'un Etat palestinien est prévue en septembre prochain. Et pourtant, tous s'accordent à dire : nous ne pouvons pas désespérer !
Cette petite digression pour dire aussi que les romans ne sont pas moins intéressants que les documentaires pour comprendre une situation politique, historique, un thème particulier... Donc, lisez Little Big Bang ! 165 pages qui se terminent sur une fin ouverte, en forme de pirouette non moins fataliste...
Benny BARBASH, Little Big Bang, Editions Zulma, 2011
L'avis de Gwenaëlle ici et celui de Leiloona , et la présentation de l'éditeur, avec une interview de l'auteur dans Le Monde des livres ici.
Un livre qui compte dans mon tour du monde pour Israël    logo3
Et l'occasion de vous montrer une photo du mur côté palestinien et un champ d'oliviers au pied du Mont des Oliviers et des remparts de Jérusalem.

DSCF0674.JPG

 

DSCF0675.JPG

Commenter cet article

Anis 18/05/2012 18:32

Ces lectures me passionnent, je ne sais pourquoi et je rêverais de me rendre là-bas, cet endroit me fascine mais malheureusement il y a cet affrontement et toutes ces blessures.

Anne 18/05/2012 18:58



Ce livre est délicieux ! Le pays en vaut la peine, mais personnellement j'aurais sûrement mieux supporté la visite à une période moins chaude.



Nina 07/08/2011 11:44


Moi z'ai lu les deux :)
L'esprit n'est pas le même dans les deux romans, mais ils sont excellents tous les deux. Allez-y, c'est du bon ;)


Anne 07/08/2011 12:53



Bon à savoir, merci, Nina !



Leiloona 06/08/2011 23:39


J'avais très bien aimé lire ce petit livre : une très jolie fable. Je l'ai prêté, d'ailleurs, histoire qu'il touche plus de lecteurs ! ;)


Anne 06/08/2011 23:54



Bonne idée ! J'aimerais bien lire My first Sony maintenant !



Manu 06/08/2011 13:07


J'avais noté My first sony. Celui-ci a l'air bien aussi.


Anne 06/08/2011 14:07



A voir, les deux semblent intéressants !



Kathel 05/08/2011 17:57


J'ai "My first Sony" dans ma PAL et j'espère l'en sortir bientôt !


Anne 05/08/2011 19:22



Je trépigne, je trépige d'impatience, Kathel ;-)