Nous n'habitons pas...

Publié le par Anne

Encore un poème tiré de ce recueil "belge" :

 

Nous n'habitons pas la même maison ;

nos chambres ne sont pas gigognes ;

nos cris s'espacent ; nos mains ne se fixent pas.

 

Tu dors dans l'autre chambre.

 

Nous vivons séparés par le corps, partagés

par nos tendresses propres, nos fureurs.

 

Tu dors dans l'autre chambre.

 

Tu peux souffrir, tu peux mourir ;

le sang, le sel, les cheveux que tu perdras

ne m'atteindront jamais.

 

Tu dors dans l'autre chambre.

 

Les vêtements qui te drapent

ne peuvent me convenir.Ton visage

m'est trop mince.

 

Tu dors dans l'autre chambre.

 

Ta peau chaste côtoie l'ombre,

arbre de nudité. Ta peau chaste,

les colombes la traversent comme la pluie.

 

Tu dors dans l'autre chambre.

 

Tu dors dans l'autre chambre. du temps

avec la pauvreté, avec ma pauvreté

qui nous ressemble comme deux perles de lait.

 

Eugène SAVITZKAYA, in Ici on parle flamand et français - Un fameuse collection de poème belges, Collection Escales du Nord, Le Castor astral, 2005

 

vermeer.jpg

Publié dans Des Mots en Poésie

Commenter cet article

Schlabaya 10/10/2011 09:13


Joli poème, un peu énigmatique !


Anne 10/10/2011 18:07



Poétique et mystérieux vont bien ensemble, non ?



Jeneen 09/10/2011 22:10


Connais pas non plus...Mais le poème est chouette (je garde tes poèmes dans un petit classeur !) mais on n'en sait pas plus...Bonne suite frittissime !


Anne 09/10/2011 22:45



Non, e ne connais pas grand-chose de cet auteur (euh rien, en fait, faut être honnête)



Mango 09/10/2011 10:58


Bien beau poème - très mystérieux cependant - je trouve!


Anne 09/10/2011 22:44



Je suis incapable de te fournir une explication littéraire savante... :)



denis 09/10/2011 09:10


je ne saais pas que cet écrivain était également poète
beau texte à découvrir d'un auteur dont le nom n'est pas très belge et dont l'oeuvre est connue en France grâce aux éditions de Minuit
bon dimanche,
denis


Anne 09/10/2011 09:18



Eh bien moi je ne le connaissais pas du tout, le texte me plaisait tout simplement...