Passé sous silence

Publié le par Anne

 

Pour parler de ce livre - mon premier livre voyageur, prêté par Griotte -, je vais d'abord me "contenter" de reprendre la quatrième de couverture :

"Passé sous silence est le récit, en forme de conte historique, d'un événement réel de la seconde moitié du XXe siècle. Les dates, lieux, noms de personnes ont été effacés, mais les choses dites l'ont été et les faits sont authentiques : dans un moment décisif de notre histoire s'affrontent deux visions de l'honneur et du service de l'Etat.

Entre la Terre du Sud et le Vieux Pays, une guerre d'indépendance s'éternise. Pour la finir, le Vieux Pays rappelle au pouvoir son chef le plus prestigieux. Une fois investi, le souverain n'agit pas comme on l'attendait. Contre ce pouvoir, un jeune officier mène une conspiration jusqu'à l'attentat. Sain et sauf, le chef de l'Etat accordera-t-il sa grâce ?"

 

Nous voilà prévenus qu'il s'agit d'un "conte historique" et l'éditeur va même jusqu'à affirmer qu'Alice Ferney a "la volonté ardente d'exhumer une injustice, et (ce) sans jamais juger".

L'attentat dont il est question, c'est l'attentat du Petit-Clamart, contre le général de Gaulle, en plein contexte de fin de guerre d'Algérie à laquelle le général a fini par accorder l'indépendance.  J'avais déjà lu une critique du livre qui situait le contexte, et au début de ma lecture, j'ai été lire sur Wikipédia ce qui est dit de cet attentat et de ses protagonistes. Etant Belge, je ne connais pas les finesses de cet événement. Je risquerai peut-être de dire des bêtises dans ce billet, qu'on m'en excuse !

J'avoue que je reste perplexe devant la manière dont Alice Ferney, dont j'ai aimé beaucoup de livres par ailleurs, a traité le sujet. Face à un personnage aussi fort que le général de Gaulle, à un événement encore aussi sensible que la guerre d'Algérie, pourquoi aller choisir des pseudonymes aussi lourds (de Gaulle devient "de Grandberger", Bastien-Thiry, très pieux, devient "Donadieu" !) ? Pourquoi prendre un parti aussi évident pour Donadieu, qui a quand même choisi de répondre à la violence qu'il ressentait de la part du général par la violence (même s'il se justifie de toutes les manières qu'il n'a voulu tuer personne) ? Certes, Alice Ferney fait bien percevoir les ressorts psychologiques qui animent les personnages (ou les personnes ?) mais fallait-il oser cette plaidoirie posthume pour l'auteur de l'attentat ? Il faut lui reconnaître qu'elle fait bien entendre les perplexités des soldats français en Algérie, les souffrances des colons obligés de rentrer en France et des "indigènes" (quel mot affreux) laissés à leur sort. Son écriture est toujours très belle, ciselée, élégante, mais elle me semble parfois à la limite de la grandiloquence, au service appuyé de ses personnages et de leur vision de l'honneur.

Une lecture étonnante (mais je n'ai pas lâché le livre en cours de route, il entre donc dans mon 1 % Rentrée littéraire).

Merci à Griotte pour le prêt ! Son avis ici (à la date du 7 novembre 2010).

 

Alice FERNEY, Passé sous silence, Actes Sud, 2010

 

1pourcent

 

3/7

Publié dans Des Mots français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Griotte 26/11/2010 18:50


Ah je confirme: ça change du tout au tout de pouvoir rencontrer un auteur ! Surtout que j'ai pu parler un peu avec elle à la fin, c'était très agréable.


Anne 27/11/2010 16:59



En effet, Alice Ferney semble une dame très agréable !



Griotte 26/11/2010 15:42


Ah je trouve intéressant de lire un avis qui diverge.
Ce que je retiens de ce livre c'est surtout l'audace de l'auteur à s'être accaparé les pensées des personnes. Son livre a reçu beaucoup de critiques, parce que ressortir les "vieilles" histoires
n'est jamais très bien perçu...


Anne 26/11/2010 16:20



Eh oui, pour une fois, je ne suis pas dans l'enthousiasme ! Tu as sans doute mieux perçu l'audace de l'auteur puisque tu l'as rencontrée et qu'elle a sans doute expliqué son point de vue.



Noukette 26/11/2010 00:00


C'est marrant, j'ai croisé ce livre plusieurs fois, la couverture m'attirait entre autres, et j'aime bien cet auteur..., mais je ne pensais pas du tout que ça parlait de ça ! Comme quoi, on
s'imagine des tas de choses avec un simple titre !


Anne 26/11/2010 15:05



Une couverture bleue ça m'attire toujours. J'ai beaucoup aimé "Grâce et dénuement" et "Dans la guerre" d'Alice Ferney. Mais... on ne peut pas réussir à tous les coups !



sophie57 25/11/2010 12:42


j'en ai entendu parler, mais pas sûr que je me laisse tenter, j'ai lu également ailleurs qqs avis mitigés sur ce livre.


Anne 25/11/2010 17:52



En effet, ce n'est pas une lecture indispensable de la rentrée littéraire !