Portrait et commentaire

Publié le par Anne

Voici le portrait d'un homme que j'ai connu.

Il est assis à table le journal grand ouvert.

Ses yeux se sont logés derrière ses lunettes.

Son costume est lavé aux lueurs des sapins.

 

C'est un visage blême, à moitié achevé.

Mais qui a toujours su éveiller la confiance. Ainsi

on se gardait de l'approcher de près

et peut-être ainsi de tomber sur un drame.

 

Son père, dit-on, roulait sur l'or.

Mais personne chez eux n'en était vraiment sûr -

on avait l'impression que des pensées étranges

entraient de force la nuit dans la villa.

 

Le journal, ce grand papillon sale,

la table et la chaise et le visage se délassent.

La vie s'est arrêtée dans des cristaux géants.

Qu'elle n'en sorte plus jusqu'à nouvel ordre !

 

                                   *

 

Ce que je suis en lui repose.

 Et existe. Il ne vérifie rien,

et ainsi, cela vit et perdure.

 

Qui suis-je ? Il y a longtemps

j'approchais parfois quelques secondes

ce que JE suis, ce que JE suis, ce que JE suis.

 

Mais au moment de ME découvrir,

JE m'effaçais et un trou se creusait

et je tombais dedans, tout comme Alice.

 

Tomas TRANSTROMER, Accords et traces, 1966 in Baltiques, Oeuvres complètes 1954-2004, Poésie / Gallimard, 2004

 

Biblioth_que_et_LALIl risque d'y avoir comme un petit vent nordique les dimanches qui arrivent... J'ai trouvé ce recueil à la bibliothèque, et je me suis acheté un petit ouvrage de la même collection sur cinq poètes scandinaves. En plus, cela a un lien avec ma lecture de La femme congelée (avis à venir).

Publié dans Des Mots en Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
oui! je l'y mets ! à côté de la bière belge !<br /> biz
Répondre
A
<br /> <br /> Je vois que tu apprécies les valeurs sûres...<br /> <br /> <br /> <br />
J
superbe ! tout à ait ce qu'il me fallait pour mon dimanche soir !<br /> biz
Répondre
A
<br /> <br /> Tu avais oublié de mettre ton chouchen au frais ? Biiiiz<br /> <br /> <br /> <br />
S
je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant...
Répondre
A
<br /> <br /> Jamais glacé, ce rêve !<br /> <br /> <br /> <br />
A
Ah oui, tu es dans le frigorifique !! Ce poème est très beau.
Répondre
A
<br /> <br /> Ben c'est de saison, non ?<br /> <br /> <br /> <br />
M
Ce n'est pas une menace cette succession de poèmes nordiques! C'est tant mieux! :)
Répondre
A
<br /> <br /> Bien sûr, il n'y a pas plus pacifique que moi, c'est bien connu...<br /> <br /> <br /> <br />