Quand les Incendies chassent au loin le vent du nord...

Publié le par Anne

Il me faut d’abord l’avouer, après une lecture aussi forte que Le confident, je « devais » lire Quand souffle le vent du nord, pour le rendre à temps à la bibliothèque. Je ne sais pas si n’importe quelle lecture m’aurait laissé la même impression, mais il est un fait que ce livre m’a agacée… C’est quand même aussi lié au sujet, à l’idée du livre.

Emma Rothner veut résilier un abonnement, mais elle envoie plusieurs fois sa demande à une adresse mail erronée ; elle fait ainsi la connaissance de Leo Leike, un psychologue du langage. Il sort d'une rupture amoureuse houleuse, elle est mariée à un homme un peu plus âgé et heureuse dans son couple.

Mais voilà, la vivacité de l'une, la perspicacité de l'autre les entraînent dans une correspondance qui va durer, durer... et résister à la décision de se rencontrer pour de vrai.

 

Quand souffle le vent du Nord 

 

Cette histoire m'a ennuyée à plusieurs titres. Sans doute d'abord sur le fond de l'affaire : une rencontre et un échange purement virtuels, bien sûr, c'est dans l'air du temps, ça fait un roman sacrément contemporain, à l'affût des tendances... Mais je suis sans doute influencée par le spectacle Chronique d'une ville épuisée(mise en scène de Fabrice Murgia) qui raconte le quotidien d'une jeune femme qui ne vit "que" sur "Second Life" et qui est tellement accro au virtuel et aux écrans qu'elle finit par se suicider (à moins qu'elle ne tue son avatar et ne change d'identité sur le net...) En cela, j'étais hérissée par cette rencontre uniquement par courriels interposés, par ces tentatives sans cesse avortées de vraie rencontre, de vrai partage. Et puis qu'est-ce que c'est tiré en longueur... Il y a bien quelques moments très sensibles comme l'intervention du mari ou l'explication du titre du roman, mais je me suis globalement ennuyée. J'ai quand même lu jusqu'au bout, ce n'est pas un abandon ! (La lecture autrichienne sera assurée après tout...)

 

Ce livre a aussi souffert d'une interférence avec un film très fort que je suis allée voir (150 pages avant la fin du roman) sur les conseils de Richard : il s'agit de Incendies, film canadien réalisé par Denis Villeneuve. Il raconte la quête de Jeanne et Simon et surtout l'histoire de leur mère,Nawal Marwane. Celle-ci vient de mourir (au Canada) en leur laissant, outre de bien curieuses instructions pour ses funérailles, une "pour le père", une "pour le frère". Eux qui se croyaient les seuls enfants d'un père inconnu vont se lancer sur les traces de leur mère au Liban, retour dans la guerre civile des années 1970. Jeanne seule d'abord, Simon et leur ami notaire ensuite vont découvrir le secret de leur naissance, dans un passé noirci de haine et de violence, ils vont deviner comment leur mère a émigré au Canada en espérant "trancher le fil de la colère".

 

Incendies

 

J'ai été profondément touchée, bouleversée par ce film, par ce destin de femme si concret : ambiance contrastée entre les gris bleutés du Canada et le soleil écrasant du Liban, entre l'univers urbain et déshumanisé et la sécheresse du désert, maîtrise des aller-retour entre passé et présent, interprétation tout en silence et en détermination pour Lubna Azabal dans le rôle de Nawal, en fragilité et en désarroi pour Mélissa Désormeaux-Poulin (Jeanne) et Maxim Gaudette (Simon).

Un film coup de coeur et un coup de poing, qui n'a pas laissé grande chance au livre...

 

Daniel GLATTAUER, Quand souffle le vent du nord, Grasset, 2010

 

Un livre autrichien qui participe ainsi au challenge logo3(7/50)

et au challenge voisins1.jpg(5 livres déjà lus)

 

 

Publié dans Des Mots européens

Commenter cet article

Noukette 27/03/2011 17:08


Ce livre cumulait les avis positifs jusqu'à maintenant, comme quoi ! ;-)


Anne 27/03/2011 23:04



Ben oui, on ne peut pas toutes et tous aimer les mêmes choses !



Anis 10/03/2011 19:59


Je n'ai pas vu le film mais j'ai longtemps hésité car j'avais peur que ce soit très violent. Je suis un peu trop sensible à ces univers.


Anne 10/03/2011 21:02



Oui, c'est dur, mais ce sont les émotions fortes qui sont importantes ici. Toi qui es si sensible à la cause féminine, vas-y ! (va lire l'avis de Cachou  qui a laissé un commentaire ici, ça
te convaincra mieux sans doute).



Morgouille 08/03/2011 21:39


Oh, dommage ! "Quand souffle le vent du Nord" me dit bien quand même...
Et je lirais bien la pièce de théâtre "Incendies", merci pour cette découverte ! :)


Anne 10/03/2011 12:04



Les avis sur les livre sont très positifs en général, donc lis-le si tu en as envie !



Richard 08/03/2011 12:37


Bonjour Anne,

"Incendies" était à l'origine une pièce de théâtre. En 2009, dramaturge associé au Festival d'Avignon, il a présenté, la même journée (11 heures, je crois) "Le Sang des Promesses", qui rassemble,
en plus d’une nouvelle version de "Littoral", les pièces "Incendies", "Forêts" et une création "Ciels".

Wajdi Mouawad est un homme de théâtre extraordinaire. Toutes ses pièces ont une intensité qui cloue le spectateur sur son siège.

À ne pas manquer !


Anne 10/03/2011 12:05



Merci pour toutes ces infos, Richard !



argali 08/03/2011 10:46


Bonjour Anne,
Je ne connais personne qui ait vu Incendies et ne soit tombé sous le charme de ce film fort, poignant, terriblement remuant. Une vraie tragédie grecque. Il méritait cinq Oscars au moins. Mais c'est
une film canadien...


Anne 08/03/2011 10:55



C'est tout à fait ça ! Je compte aller voir quand même celui qui a gagné l'Oscar du film étranger, la bande-annonce de Revenge m'a fortement intéressée...