Seule Venise

Publié le par Anne

Seule Venise

 

La narratrice, une femme de quarante ans (dont nous ne saurons jamais le nom), quittée par son compagnon, vide son compte bancaire et part à Venise, en plein mois de décembre. C'est l'hiver, la ville est brouillée de brume et de solitude. Dans la pension de Luigi où elle se réfugie, vivent dix-huit chats, un vieux prince russe en chaise roulante, et un couple d'artistes. Alors elle se promène et se perd dans la ville, elle découvre les églises, les piazzas, les musées, le café Florian et le Harry's bar, et la boutique d'un libraire qui la fait vibrer.

Dans ce roman, elle parle à ce bouquiniste et laisse deviner dans ses silences le charme de Venise, l'attrait qu'il exerce sur elle, elle découvre les toiles du peintre Zoran Music, elle tente de percer les secrets du prince, elle réapprend le désir et apprivoise sa solitude...

 

C'est ma première rencontre avec Claudie Gallay. J'ai trouvé ce livre à la couverture mélancolique et aux tons que j'aime tant sur un coin de table et je l'ai sauvé de l'abandon. Il me rappelle l'atmosphère des tableaux de Fernand Khnopff, un peintre belge. Il parle à la fois de Venise, une ville au charme pourrissant que les vrais Vénitiens ne peuvent quitter, et d'une femme seule, abandonnée, qui reprend pourtant goût à la vie dans cette ville en demi-teintes. Claudie Gallay nous fait goûter au réconfort d'un chocolat chaud ou d'un petit plat italien, elle nous emmène des bords du Grand Canal à l'île de Torcello, en passant par le Ghetto ou la pointe de la Giudecca, dans les palais qui s'affaissent, au café Florian, dans un jardin de couvent... Pour qui connaît cette ville, le voyage sera doux !

J'ai particulièrement aimé la sensibilité tout en retenue du portrait de femme, l'attrait pour Venise et l'écriture épurée, discrète, fine. J'ai aimé vivre quelques heures avec le prince vieillissant et blessé, le libraire amoureux, la danseuse aux pieds marqués de cicatrices.

Une belle approche avant la lecture commune des Déferlantes, dans quelques jours.

 

"Il est des êtres dont c'est le destin de se croiser. Où qu'ils soient. Où qu'ils aillent. Un jour ils se rencontrent.

On est de ceux-là.

- Qu'est-ce que vous voulez boire ?

- La même chose que vous.

Je crois qu'on est ensemble, déjà. Qu'on a sa place dans la vie l'un de l'autre. Même s'il ne se passe rien. Même si on ne se touche pas.

Même si vos mains.

- Hemingway venait là lui aussi. Et puis Barrès, Proust, Morand...

On revient à cela, toujours, immanquablement.

- Vous les aimez tant que ça tous ces gens ,

- Je les aime oui.

- Tellement ?

- Tellement.

- Et vous venez là parce qu'ils y sont venus ? Les livres ne suffisent pas ?

- C'est la vie qui ne suffit pas.

- Mais les livres, ce n'est pas la vie ?

Vous souriez.

- Peut-être que vous avez raison." (p. 157)

 

"- (...) seule Venise me console de ce que je suis vraiment.

- Qui êtes-vous vraiment ?

Il sourit.

- Un homme en exil." (p. 194)

 

Claudie GALLAY, Seule Venise, Editions du Rouergue (et Actes Sud Babel), 2004

Publié dans Des Mots français

Commenter cet article

jeneen 23/06/2011 21:16


Oui, j'ai vu ton billet ! Superbe de sincérité ! A croire que je suis passée à côté de certaines choses ! (mais j'ai aimé, jsute moins que "seule venise")


Anne 23/06/2011 22:13







jeneen 23/06/2011 16:45


Quoi ? Depuis le temps que je viens sur ton blog, je n'avais pas vu ce billet !!! Je l'ai présenté au club de lecture...et n'ai pas eu beaucoup de succès !!! Il faut dire que "les déferlantes" en
avaient achevé quelques-unes ! (ne te méprends pas, j'ai aimé les déferlantes mais surtout pour la description des lieux, des éléments déchainés (bien dit, ça !), ça me rappelait la bretagne. Mais,
l'histoire ne m'a pas transportée...J'ai préféré "seule Venise". Je ferai un billet un jour...
Merci pour ce beau billet,


Anne 23/06/2011 19:13



Eh oui, c'est ça les surprises de blog ! J'ai aimé visiter Venise d efaçon si peu conventionnelle... Mais LEs déferlantes, c'est un beau coup de coeur !



nanet 13/05/2011 11:52


Ah, Venise.. tu nous fait voyager, en ce moment. Velle mythique que j'aimerai aussi connaitre. Pourtant pas au travers les mots de cette auteure qui ne m'attire pas contrairement au livre sur la
Grèce.


Anne 13/05/2011 15:38



Je suis aussi allée à Venise, il y a très longtemps. Pour moi c'était un chouette voyage souvenir, mais tout le monde n'aime pas Claudie Gallay, je l'ai remarqué...



Vero 23/04/2011 12:03


Il me fait envie celui-ci aussi car on m'en a beaucoup parlé! En attendant, je vais découvrir "Les Déferlantes" qui est dans ma PAL.


Anne 25/04/2011 12:42



"Les déferlantes".... aaaahhhh mon avis arrive, j'ai adoré ce livre !! J'espère qu'il te plaira (je pense que oui).



Manu 19/04/2011 22:04


Si les déferlantes ne m'attirent pas, celui-ci a quelque chose qui me tente énormément !


Anne 21/04/2011 13:02



Tant mieux ! J'ai commencé Les déferlantes, je ne peux pas encore dire d'avis tranché...