Un billet de Nadège : La cavale du géomètre

Publié le par Anne

 

Eh bien, il faut croire que je me prends de passion pour les vieux nordiques en cavale puisque, après avoir suivi l’artificier Allan Karlsson à travers la Suède, j’ai parcouru la Finlande avec le géomètre Taavetti Rytkönen.

Nous sommes au début de l’été à Helsinki quand Seppo Sorjonen voit entrer dans sa taxi un vieil homme un peu bizarre qui ne sait pas trop où il veut aller. Puisque tous les chemins sont bons, il ordonne au chauffeur de rouler de prendre celui qu’il veut. Un peu décontenancé au départ, Sorjonen profite de l’aubaine et quitte la capitale pour le nord.

S’arrêtant dans un hôtel pour la nuit, les deux hommes discutent et Rytkönen explique à son chauffeur qu’il ne sait pas d’où il vient, quelle est sa vie, c’est à peine s’il parvient à se rappeler de son nom et de son prénom. Tout ce dont il se souvient parfaitement, c’est la guerre et il passe de longs moments à raconter ses anecdotes à son nouvel ami. Après avoir fait quelques recherches dans l’annuaire pour retrouver une trace de la vie actuelle du vieux, les deux hommes se résignent et décide de continuer la route en cherchant sur le chemin les anciens compagnons d’armes de l’amnésique. Sorjonen voulant prendre un congé se fait licencier, il est donc libre (si ce n’est qu’il a une fiancée avec un problème à la hanche qui l’attend).

Les deux hommes finissent par retrouver un ancien ami de Rytkönen devenu paysan, avec sa femme. Heureux de retrouver son camarade, Mäkitalo lui explique son désespoir et son projet : puisque ses terres et ses bêtes ne lui rapportent rien, il va rendre la monnaie de sa pièce au pays qui l’a servi et ne l’a jamais récompensé, en massacrant son exploitation. Il n’en faut pas plus pour stimuler l’ami Rytkönen que l’idée amuse énormément. Et voilà que les trois vieux saccagent terres et bâtiments pour en faire un véritable champ de bataille. Les bêtes son lâchées, mais il faudra partir à l’automne à la chasse aux taureaux…

Paasilinna n’a plus à me convaincre, j’adore cet auteur. Et celui-ci ce sera un de mes préférés. Je me suis vraiment attachée à ce petit vieux attendrissant avec ces pertes de mémoire et ses accès de folie. D’un autre côté, Paasilinna nous laisse à voir sous le trait de l’humour la détresse d’une personne âgée déclinant, tombant peu à peu dans la démence, et les difficultés de l’entourage à gérer cette situation (à la fois, amusé, exaspéré, baissant les bras, culpabilisant). Paasilinna dénonce aussi la situation des petits agriculteurs réduit à abandonner leurs exploitations qui leur coûtent plus qu’elles ne leur rapportent. Ici, le cas est extrême : le couple décident de tout brûler et de faire exploser les bâtiments, mais est-on si loin de la réalité quand on se souvient des litres de laits déversés dans les champs il y a quelques temps chez nous ? Paasilinna évoque l’Europe et ses directives qui ne tiennent que rarement compte des plus petits et les laissent bien dépourvus.

 Arto PAASILINNA, La cavale du géomètre, Gallimard, 2000 (et Folio)

Un billet pour le challenge Voisins, voisines !

Logo Voisins Voisines Calibri noir cadre blanc

Publié dans Les Mots de Nadège

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nadège 21/05/2012 21:08

Merci à tous pour vos messages ! Ils me font très plaisir :-)

Et merci à Anne d'avoir publié ce billet, même si elle n'est pas trop friande de l'écriture de Paasilinna ;-)

Le Papou 21/05/2012 20:04

Absurde et beau. pas de doute.

le Papou

Lystig 17/05/2012 08:49

tu aimes voyager à travers les pays nordiques (la Finlande n'est pas un pays scandinave !!!) ? alors bon voyage livresque !

Une Comète 16/05/2012 13:48

Je n'aime pas trop cet auteur, suite à une mauvaise expérience de lecture mais ton billet donne envie de retenter :-)

DENIS 15/05/2012 21:11

oui, un très grand écrivain à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas