Un dimanche en poésie (13)

Publié le par Anne

Pour cette treizième participation, je reviens à Achille Chavée, poète belge qui a notamment touché au surréalisme et à l'écriture automatique. Petite touche d'humour en ce jour de froid. 

 

ETRE BON

 

Un éléphant se baladait dans ma cuisine

je lui ai dit très gentiment

tu n'es pas ici chez un marchand

de porcelaine

tu es chez le poète

apprends à te conduire

et il disparut avec délicatesse sagement.

 

Un éléphant blanc cette fois

chose rare

se baladait dans le corridor

et je lui dis

tu n'es pas chez un énergumène

et voilà qu'il me répond

pardon monsieur le poète pardon

 

J'aurais pu croire

que j'en avais terminé avec les éléphants

et je vais dans ma chambre à coucher

Par principe

je regarde en dessous de mon lit

vous savez bien ce que parler veut dire

j'y trouve encore un éléphant

 

Je ne me suis pas fâché

je n'ai pas cru à une farce

je lui ai dit

viens dans mon lit mon vieux

à chaque jour suffit sa peine

je t'accorde le bénéfice du droit d'asile

et je me suis endormi

paisiblement

 

L'enseignement libre (1958)

 

Achille CHAVEE, A cor et à cri, Editions Labor, Bruxelles, 1985 

 

Oups, j'allais oublier : les dimanches poétiques, c'est une iniative de Bookworm, bien sûr. 

Publié dans Des Mots en Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fransoaz 08/12/2010 13:56


Je parcours avec plaisir ta poésie du dimanche.
Cet éléphant me plaît et je crois bien l'avoir déjà rencontré une fois ou deux.


Anne 08/12/2010 20:33



Hi hi ! Bienvenue chez les amateurs de poésie, Fransoaz !



Lystig 28/11/2010 18:30


chouette découverte !


Anne 28/11/2010 21:51



Sympa, n'est-ce pas ! Il faut que je t'avoue que je ne lirai pas dans l'immédiat "Les vies extraordinaires d'Edgar" pour cause d'emprunts à la bibliothèque (urgents à lire, donc) et de Prix
Farniente. Lecture remise à décembre, promis !