Un dimanche en poésie (21)

Publié le par Anne

Aujourd'hui, je résisterai à l'appel du soleil et du printemps pour vous partager le début de la Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, de Blaise Cendrars, dont on fête cette année le cinquantième anniversaire de la mort.

 

En ce temps-là j'étais en mon adolescence

J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance

J'étais à 16 000 lieues du lieu de ma naissance

J'étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares

Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours

Car mon adolescence était si ardente et si folle

Que mon coeur, tout à tour, brûlait comme le temple d'Ephèse ou comme la Place Rouge de Moscou

Quand le soleil se couche.

Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.

Et j'étais déjà si mauvais poète

Que je ne savais pas ller jusqu'au bout.

 

 

Les dimanches en poésie : tous les participants chez Bookworm 

Publié dans Des Mots en Poésie

Commenter cet article

sophie57 20/03/2011 19:05


bravo d'avoir résisté à l'appel convenu du printemps en nous proposant ce poème singulier! moi j'ai choisi de célébrer le printemps parce que JE VEUX DU SOLEIL, DES FLEURS ET DES ROBES LEGERES!!!!


Anne 20/03/2011 22:07



J'ai compensé en m'achetant une écharpe toute fleurie hier ! Mais la journée a été assez ensoleillée ici, c'était agréable. Allez, courage, le printemps vient !!



Kathel 20/03/2011 16:07


J'aime les poèmes quand ils font voyager... rien que le titre déjà...


Anne 20/03/2011 22:19



Et l'homme, poète bourlingueur aux mille métiers, devait être assez fascinant...