Comme les doigts de la main

Publié le par Anne

 

 

Quatrième de couverture :

Chloé a une hanche qui se bloque à cause d’un petit bout d’os mort. Antoine a un doigt retourné, plié en deux pendant un cours de tennis. Les voilà qui partagent la même chambre d’hôpital, un soir d’hiver, avant leurs opérations respectives. Leurs regards se croisent, s’attrapent, se reconnaissent. Très vite, ils se découvrent un autre point commun. Ils sont tous deux orphelins de père, et un peu morts depuis, à l’intérieur. Il neige sur le fleuve. La nuit est éclairée par des cracheurs de feu. Antoine a envie d’entraîner Chloé. Chloé a envie de se laisser entraîner par Antoine. Ce qu’ils vont partager, cette nuit-là, c’est bien plus qu’une chambre d’hôpital, bien plus que des souvenirs de blessures, bien plus que la peur du lendemain.

 

La quatrième de couverture dit tout ou presque sur ce qui se passe dans le roman.Mais ce n'est pas cela qui importe, c'est la rencontre entre ces deux-là qui se reconnaissent d'emblée, qui partagent une nuit un peu folle et le jour venu, sont séparés, se cherchent, ne parviennent pas à s'oublier.

C'est beau, bien écrit, très fin, la narration à deux voix rend un joli écho, mais...ça paraît trop beau pour être vrai. Les ados ont-ils des rêves aussi fous, sont-ils vraiment aussi casse-cou dans le genre ? Même dans la douleur de la perte, de l'absence, du deuil paternel, ils me sont apparus un peu trop parfaits pour me toucher à fond. Est-ce moi qui suis un peu insensible en ce moment, c'est possible, ou bien je ne veux pas me laisser remuer jusqu'au fond, mais le choix de lits "playmobil" pour illustrer la couverture me semble illustrer le côté un peu artificiel de l'aventure...

Autant le dire, je tourne autour d'Olivier Adam (au sens de la lecture, n'imaginez rien d'autre) : en 2011, je l'ai écouté à la Foire du livre de Bruxelles, j'ai fait dédicacer Des vents contraires, je l'ai encore écouté tout spécialement aux Escales hivernales en décembre, dans une table ronde consacrée à la famille, mais... je n'ai pas encore ouvert un seul de ses romans "adultes". Quelque chose me retient, que je ne cerne pas bien (en avoir trop entendu parler de façon dithyrambique, peut-être ?)

 

"Je sais. Je sais qu'à quinze ans c'est ridicule. Je sais. Mais je suis ridicul et je n'y peux rien. Ridicule et friable. Un coup de vent suffirait à me faire tomber. Maman me le dit depuis toujurs. Et pourtant mon père est mort. Et j'ai plié jusqu'au point de rompre. Et je ne sais par quel miracle je suis encore là, debout, et capable d'être infinment vivant, comme cette nuit-là, à l'hôpital, auprès de Chloé, dans son sillage et dans ses yeux." (p. 27)

 

Olivier ADAM, Comme les doigts de la main, Médium, L'école des loisirs, 2005

 

L'avis assez enthousiaste de Cachou

 

Dans ma ligne Jeunesse, catégorie Corps humain laurier-couronne-fdb39   et un cinquième titre pour

Publié dans Des Mots en Jeunesse

Commenter cet article

Géraldine 07/02/2012 20:49

Oh, et bien, je ne connaissais pas du tout ce titre d'Adam. En tout cas, je t'encourage à lire ses livres adultes. J'en ai lu 3, 3 bouleversements !

Anne 08/02/2012 13:50



Je verrai avec un seul pour commencer... ;-)



Philippe D 29/01/2012 17:38

Mon fils a dû lire ce livre en humanités. Je sais qu'il n'a pas aimé mais ce n'est pas une référence. Un de ces jours, je le descendrai du grenier.

Anne 30/01/2012 00:00



Evidemment, une lecture imposée n'a pas le m^me goût que les autres...



Aproposdelivres 27/01/2012 11:35

Je l'ai dans ma PAL et je compte le lire pour le Challenge Petit Bac...
J'aime beaucoup Olivier Adam même si son univers est souvent sombre.

Anne 27/01/2012 17:14



C'est beau mais j'ai un léger malaise...



caro.carito 27/01/2012 11:10

Ces nouvelles sont bien. :) J'ai aimé je vais bien ne t'en fais pas et des vents contraires mais pas du tout le cœur régulier. ce n'est pas complètement sombre mais c'est vraiment un beau livre.

Anne 27/01/2012 17:13



Il y a des nouvelles d'Olivier Adam ? Pour le seul roman que j'ai, on verra !



Valérie 26/01/2012 21:01

Allez, fonce et arrête de lui tourner autour ;)

Anne 26/01/2012 22:25



Oui, c'est vrai, qu'on en finisse !!